Les films de zombies (tout genre confondu)

Parlez de jeu vidéo, de musique, de film, de littérature, ...
Avatar de l’utilisateur
Mandrill
Capitaine
Messages : 1058
Inscription : dim. août 29, 2010 11:04 pm

Les films de zombies (tout genre confondu)

Message par Mandrill » mer. nov. 10, 2010 12:49 am

Changement de nom de topic, vu que la discussion s'élargie, premier titre: 'Les "...of The Dead" de Romero + remakes'

Note: Je précise que j'ai écrit ce post en plusieurs fois et que l'idée d'en faire un topic m'est venu au fil du post donc je n'ai rien modifié du post original qui devait se trouver dans le topic Derniers films: vos avis...

Je dois vous avouer avoir hésité à mettre ce post dans le topic du "film le plus nul de tout les temps" mais il ne faut quand même pas exagérer.

Après avoir vu l'épisode pilote et lu le comics de The Walking Dead il y a 2 semaines, j'ai décidé regarder la série des ... of The (Living) Dead de Romero, le grand-père des zombies(plus le remake de Night of The Living Dead par Tom Savini en 1990, Dawn of The Dead de Zack Snyder en 2004, Day of the Dead par Steve Miner en 2008 et The Crazies de Breck Eisner en 2004) et oh my god!, que c'est mauvais(pour ceux de Romero je précise).

Donc il y a 6 films dont Romero est scénariste/réalisateur(+ les 3 remakes que je ne liste pas mais dont je parlerais ensuite) que je vais lister ici et donner le synopsis Allociné:

Night of The Living Dead (1968) "Chaque année, Barbara et Johnny vont fleurir la tombe de leur père. La route est longue, les environs du cimetière déserts. Peu enclin à prier, Johnny se souvient du temps où il était enfant et où il s'amusait à effrayer sa soeur en répétant d'une voix grave : 'Ils arrivent pour te chercher, Barbara.'
La nuit tombe. Soudain, un homme étrange apparaît. Il s'approche de Barbara puis attaque Johnny, qui tombe et est laissé pour mort. Terrorisée, Barbara s'enfuit et se réfugie dans une maison de campagne. Elle y trouve Ben, ainsi que d'autres fugitifs. La radio leur apprend alors la terrible nouvelle : des morts s'attaquent aux vivants."
Dawn of The Dead (1979) "Des morts-vivants assoiffés de sang ont envahi la Terre et se nourrissent de ses habitants. Un groupe de survivants se réfugie dans un centre-commercial abandonné. Alors que la vie s'organise à l'intérieur, la situation empire à l'extérieur..."
Day of The Dead (1986) "Les morts-vivants se sont emparés du monde. Seul un groupe d'humains, composé de militaires et de scientifiques, survit dans un silo à missiles. Deux solutions se présentent : fuir ou tenter de contrôler les zombies..."
Land of The Dead (2005) "Dans un avenir pas si lointain, une poignée de survivants barricadés dans une ville bunker vit encore dans le souvenir de l'ancien monde... Des zombies, qui désormais pensent et communiquent, s'organisent pour prendre d'assaut la ville bunker. Kaufman, autoproclamé chef des vivants, engage un commando de mercenaires pour contrer les attaques de ces morts-vivants d'un genre nouveau..."
Diary of The Dead (2008) "Des étudiants en cinéma tournent, dans une forêt, un film d'horreur à petit budget, lorsque la nouvelle tombe au journal télévisé : partout dans le pays, on signale des morts revenant à la vie.
Témoins de massacres, de destructions et du chaos ambiant, ils choisissent alors de braquer leurs caméras sur les zombies et les horreurs bien réelles auxquels ils sont confrontés afin de laisser un témoignage de cette nuit où tout a changé."
Survival of The Dead (2010) "Sur une petite île du nord des Etats-Unis, quelques humains affrontent une invasion de morts-vivants..." Bon celui-là, c'est tellement pas ça que je vais le refaire: Un groupe d'officiers de la Garde Nationale essaye de survrire à l'invasion des zombies. Après avoir rencontrer un jeune, ils décident de se diriger vers une ile pour être en sécurité.

Je préviens tout de suite, il n'y a pas de plan, j'écris au fil de ce que je me souviens. Ah et je précise aussi, je les ai vu dans l'ordre suivant: Land, Diary, Survival, Day, Night, Dawn.

Commençons, tout de même, par Night of The Living Dead, alors déjà il a très mal vieilli ça c'est sûr et je trouve un peu exagéré de l'appeler culte. Ok c'est un des premiers films de zombies mais faut pas exagérer. Déjà il y a des gros problèmes de réalisation(pour ce premier film je vais mettre ça sur le compte de l'époque, mais ça n'excuse pas tout entendons-nous bien, et du budget, et encore!) avec des plans plus que grossiers, une mauvaise gestion de la lumière(je l'ai trouvé abérante) et des fonds sonores irritant(ça aussi c'est pour l'époque). Je rappelle que le film est en noir et blanc, et que la caméra était sûrement une des plus minables(mais encore une fois c'est de sa faute puisqu'il s'est auto-produit, il avait qu'à attendre d'avoir un peu plus de budget). On dirait un film des années 50.
Il y a déjà des bonnes idées et heureusement, mais ça c'est sur le compte du scénario et Romero est un bon scénariste je ne le nis pas, c'est juste un réalisateur exécrable(un des pires, qui dure et qui est reconnu, que j'ai vu), même son chef maquilleur Tom Savini est meilleur. Après, critique de la société... j'ai envie de dire: "mes fesses!". Tu prend un homme noir(alors oui c'était peut-être rare) et un homme blanc rasciste(c'était sûrement moins rare) et paf, tu l'as en mille => critique acerbe de la société. Pareil pour Dawn et Land mais j'y reviendrais. Je sais pas, ça me donne envie de ricanner personnellement.
Point suivant et il est récurrent dans toutes la série(à part peut-être pour Land et Survival), un casting risible, 80% des acteurs sont très médiocre, voire carrément mauvais, je trouve ça assez dingue. On dirait qu'il va chercher les premiers passants qu'il voie, leur demande s'il veulent être dans un film et hop, emballé c'est pesé. Note: Ca devait être ça pour le premier film mais pas les autres, d'où le problème.
Dernier point, tout aussi récurrent, les zombies. Il nous donne un postulat de départ(qui peut changer suivant les films et pourtant ils sont tous sensé se passer dans le même univers => même zombies) et puis, au fil du film, il en fait un peu ce qu'il veut pour servir son objectif du moment. Il les rend fort, faible, capable de ramasser des objets, incapable de ramasser des objets, très lent et hop très rapide(dernier exemple c'est un faux-raccord :p) pour ce film par exemple.
Pour ce qui est du scénario, il est pas mal avec une fin bien pensée(même si on la voit venir à 10 km, faut quand même être con pour se cacher dans l'ombre et ne pas parler quand on entend des coups de feu dehors mais passons). Barbara m'a plus que saoûlé, pas forcément le personnage en lui-même, qui est crédible, mais l'actrice(mon dieu, l'actrice!), c'est celle qui vole le plus bas et les autres volent très bas, à part le noir peut-être.
Bon point, la petite fille qui devient zombie, ça c'était plutôt osé j'imagine.

Allez, comme je suis parti, je vais parler de celui que j'ai le moins aimé: Land of The Dead. Où certains y voient une critique de la société capitaliste(je suppose), j'y vois un mauvais film, mal géré, qui reprend les codes de notre société à des extrêmes. Et en même temps, on pourra m'expliquer comment ça pourrait se passer autrement après, on va dire, au moins 2 ans(c'est sûrement plus) de Zombieland(ça c'est un bon film au passage :p)? L'homme est comme ça, il y aura toujours ceux qui ont le pouvoir et les autres. Y voir une critique de la société faut vraiment pas hésiter sur les psychotropes. Pourquoi c'est le plus mauvais pour moi? Parce que le scénario fait grandement défaut(je précise qu'il est presque à égalité avec Diary). Et m'est-avis que s'il n'y avait pas eu le nom de George A. Romero derrière ce film, les critiques l'auraient descendu en flèche au lieu de (presque) crier au génie.
C'est une vraie bouse cosmique ce film, comme on en fait rarement. Et malgré un cast plus que raisonnable(l'exception avec Survival pour moi) et d'innovantes manières de tuer du zombie(point fort des 3 derniers), il y a de vrais gros problèmes. Commençons par la crédibilité du zombie(plutôt importante), okay ils deviennent un peu intelligent mais au fil du film, on voit clairement leur intelligence s'accroitre exponentiellement alors que pour arriver à ce stade il leur a fallu des années! Là, nan, nan, en 5 heures(maxi) ils ont doublé, voire triplé de niveau de conscience(feux d'artifice comme exemple). Mention spéciale au pompiste et à l'hispannique qui se fait mordre et qui est aussi intelligent que les autres alors qu'il vient de se faire mordre.
Après niveau réalisation, j'ai pas particulièrement grand chose à dire, c'était plat, rien de spécial, beaucoup de CGI pour les zombies et les classiques coup de frayeur qui mange pas de pain vu et re-re-vu. Il y avait sûrement des abérations(où j'étais là, "Mais Naaaan...!") mais je ne m'en souviens pas et il y en a eu dans tous donc...
Qu'est-ce que je pourrais encore rajouter? La fin était du même niveau que tout le film: risible; ah et les dialogues(en VO je précise) ne volaient pas très haut au passage, je me rappelle de quelques perles qui me sont passé au-dessus de la tête depuis.

Vu que j'ai parlé de mon pire, je vais parler de mon préféré.^^ Donc, mon préféré c'est Dawn of The Dead(le scénario de Day est un poil meilleur mais pour le reste, Dawn est au-dessus et de loin). Toujours pas d'accord avec la critique de la société de consommation, il a eu la bonne idée d'avoir trouver comme endroit très bien sécurisé les centres commerciaux, ça va pas plus loin que ça pour moi. Pour soutenir l'argument, c'est pas comme si, en arrivant, ils allaient prendre ce qui est inutile, non, ils vont prendre à manger, à boire, etc... ils vont survivre. Une fois que le centre est nettoyé, il faut bien occuper les journées quand tu es enfermé toute la journée(d'ailleurs ce n'est pas comme si ils faisaient autre chose comme des leçons d'hélicoptère...). Peut-être que je me fourvois totalement et que la critique ne se trouve pas au niveau des survivants, mais au niveau des zombies ou même au niveau des pilleurs?
Mais ce n'est pas parce que les personnages sortent ces petites phrases: "ils èrrent surement ici parce qu'ils avaient l'habitude de venir lorsqu'ils étaient humains...", "une réminiscence de leur vie antérieure.", etc... que c'est vrai(d'une part) et que je vais gober ça(d'autres part) parce que quand on voit la gueule d'un zombie qui ressemble à un moine bouddhiste(j'extrapole un peu), le consommateur il repassera. Autant si leur but(aux zombies) c'était de piller le magasin(inconsciemment) de tout ce qui est inutile, je dirais "ah, oui, peut-être". C'est peut-être moi qui suis débile après tout. On est dans un centre ouvert il y avait peut-être des humains à l'intérieur au début, les zombies sont rentrés et n'ont pas pû sortir parce que les portes ne s'ouvrent que dans un sens. Enfin s'ils veulent trouver un message sous-jacent pour pouvoir apprécier un film(et je n'étais pas là à l'époque pour savoir si Romero l'avait annoncé de but en blanc ou s'il a dit "oui" au premier journaliste qui lui a posé la question, pour moi ça y ressemble), libre à eux.
Rapidement, j'ai bien rit à la fin quand les zombies arrivent à grimper sur le toit en se tractant alors qu'ils ne peuvent même pas ouvrir une porte... et les balles qui rebondissent sur les tuyaux dans la salle, on va dire, des machines(ça c'était vraiment tordant).
Des acteurs médiocres mais pas mauvais à part les motards et tout les secondaires en fait, immeuble et station de radio au début. Une VF pas trop dégueulasse comparé à celle de Day qui est à gerber. C'est marrant aussi de voir comment ils faisaient les zombies à l'époque, tu met un peu de sang et du maquillage bleu sur le visage(et uniquement sur le visage) et c'est bon. Mais ça je ne le juge pas.
Encore pas mal de problèmes de réalisation comme des faux-raccords vraiment voyant mais c'est celui qui en a le moins des trois premiers films. Quoi d'autres, il y a de bonnes scènes et la fin ne m'a pas dérangée, peut-être que les pillards arrivent un peu trop vite et que ça donne une fin expédiée mais c'est pas irregardable. En définitive, c'est un film que je re-regarderais bien une seconde, une troisième fois sans problèmes(avec un visionnage en VO dans le tas).

Day of The Dead: Je vais essayer d'aller plus vite. Une très bonne histoire, il arrive à se renouveler, en même temps il y a du matériel quand on parle d'apocalypse à la sauce zombie encore faut-il le trouver. Mais, et c'est le point faible du film, une réalisation au ras des paquerettes, j'ai vraiment rarement vu un réalisateur aussi mauvais durer autant de temps(il y a Uwe Boll aussi mais lui il n'a pas de bons scénari donc ça joue, c'est pas vraiment sa qualité de réalisateur qui est en cause même s'il est pas top). Des problèmes de couleurs(c'est bizarre car j'en ai relevé très peu dans Dawn alors qu'il est antérieur) lors des changements de plans bien trop nombreux, des acteurs si mauvais que je n'en croyais pas mes yeux et une VF, qui plus est, qui les désservait encore plus. Le meilleur acteur du film étant celui qui interprête Boubou le zombie, lui il a fait une belle perfomance. Bon point, les effets spéciaux sont pas mal et je le répète l'histoire vaut le coup. Je ne me souviens pas mais je ne crois pas m'être dit qu'il aurait pû faire autre chose(de mieux pour moi) contrairement aux autres, à part pour les scènes ridicules dans leur déroulement mais je suppose que c'est le thème du zombie lent qui veut ça. Voilà, celui-là est à voir, tout autant que Dawn.

Diary of the Dead: Le scénario pêche grandement dans celui-ci, ainsi que la crédibilité des personnages. Je suppose que, vu qu'il faut toujours voir une critique dans les films de Romero d'après la majorité, là on est en face de la désinformation/information sélective des médias(ou peut-être de notre addictivité à l'Internet?). Donc allez, lors de l'apocalypse, on va faire un documentaire sur les zombies et l'uploader sur internet pour montrer notre intégrité au monde peu importe si cela nous coûte la vie.
Aparté: et l'utilité du truc quoi... ils ont deux jours de tournage je crois, on va rajouter un jour de montage/uploadage, je veux dire: si tu as survécu pendant 3 jours, tu sais déjà de quoi il retourne et internet, ou même l'idée de regarder un film(encore plus sur des zombies), tu l'oublis vite.
Il est totalement passé à côté de la réalité sur ce coup. Je veux bien qu'un personnage pête une durite et s'enferme dans sa qualité de réalisateur, mais que tous les personnages en fasse autant. Ok, ils disent d'arrêter de filmé, etc... mais ils le laissent faire à l'autre débile quand même. Je lui aurais cassé sa caméra au bout d'une demi-heure, ça aurait pas trainé! Surtout lorsqu'on voit le zombie(qui arrive de derrière lui mais ne l'attaque pas à lui, admettons), va croquer son pote(qui est devant lui) sans rien faire pour l'arrêter à part crier "Attention!" au dernier moment. Un autre moment fort, c'est quand dans la maison, à la fin, leur pote devient zombie et le professeur le regarde tranquillement en train de déambuler dans toute la maison jusqu'à allez bouffer l'autre sans jamais rien faire(alors que c'est le plus téméraire). Et aussi le réalisateur dans le jardin, il en met du temps avant d'essayer d'aider son amie... Ou encore quand il se filme en train de se faire tuer(bien ridicule comment il se fait avoir au passage). Je ne vais pas parler du casting sinon on a pas fini.
Le seul bon point de se film pour moi, c'est les manières innovantes(i.e.: que je n'ai jamais vu) de trucider du zombie. Le coup des palettes sur la tête ou encore de l'acide était vraiment pas mal, ainsi que le tranchage(vertical en partant du bas) de tête à l'épée. Pour ça, c'était divertissant, ce qui est le but premier d'un film tout de même. c'est la différence avec Land en fait, lui il est plus divertissant que dépitant. Je crois avoir fait le tour.

Survival of The Dead: Divertissant, un bon scénario de départ je suppose mais il reste tellement coincé dedans(Romero) que ça en devient ridicule, j'ai trouvé. Certains points vraiment débiles comme l'antagoniste principale(celui qui ne veut pas tuer les zombies). Je prend un exemple bête qui me correspond, c'est peut-être pas vrai pour tout le monde mais si je vais à McDo, on me donne le choix entre un 280 et un Filet-O-Fish(analogie homme, cheval) je sais ce que je vais choisir et les zombies fonctionnent à l'instinct donc c'est encore plus vrai pour eux. Faudrait vraiment être un attardé pour penser autrement(en même temps, avec deux familles sur l'île depuis des générations, il doit y en avoir des attardés...). Et aussi, le dernier plan!! Mais le dernier plan...! Rarement vu ça dans un film supposé sérieux.
C'est sympa le fait d'avoir pris les membres de la Garde Nationale vu dans Diary, un peu moins les petites scènes pour montrer que le documentaire n'a pas été inutile, on dirait que Romero veut se le prouver à lui-même...
Enfin voilà, pas grand chose à dire de particulier(ou en tout cas je m'en souviens pas dans l'immédiat), c'était le meilleur des 3 derniers de mon point de vue, ce qui n'en fait pas forcément un bon film, je tiens à le préciser.


Note: je me demande bien qui lira tout ça... je devrais peut-être créer un topic? Allez je le fais!

C'en est terminé des films de Romero, passons aux remakes maintenant:
Niveau acteurs, c'est pas trop mal pour les 3 films, meilleurs que les originaux dans l'ensemble? Sans aucun doute.
Je vais en parler dans l'ordre dans lequel je les ai vu.

Dawn of the Dead: Est-ce qu'un Zack Snyder peut-être mauvais?, c'est une bonne question, en tout cas ce long métrage, qui est son premier, ne donne pas de réponse positive à cette question. Donc Zack Snyder reprend cette histoire de zombies dans un centre commercial(c'est à peu près la seule chose qu'il reste) avec si ce n'est brio, talent. Les zombies, ici, sont rapides et énervés à la manière des infectés de 28 Days Later ce qui sert le scénario plutot bien, nous mettant en état de stress presque constant. Je pense qu'il aurait tout aussi bien pû être fait avec des zombies provenant de l'univers de Romero, mais on va dire que c'est/c'était la mode. Donc, là, premièrement, exit la classique "zombie qui sort de nul part et trop souvent mord quelqu'un" qui est devenue, pour moi, plus un moyen de desservir une histoire qu'autre chose(tout dépend comment c'est fait mais en général, c'est très mal fait).
Quelques autres éléments restent, comme une femme enceinte(le dénouement de cette intrigue étant bien différent et très dérangeant), le noir qui a un frère et surement des noms similaires.
De grosses différences comme l'ajout d'une tripoté de personnages secondaires(plus ou moins intéressants mais c'est toujours plus agréable et crédible de voir que sur 15 personnes, il n'y en a que 4 qui s'en sortent) et d'intrigues secondaires comme celle avec le mecs du magasin d'armes en face du centre commercial.
Très bonne scène que celle du tronçonnage dans le camion! En conclusion, malgré une fin moins réussi que l'original(pour ma part) et l'intrigue du centre moins développée, ce film n'a pas grand chose à envier à son prédécesseur et est certainement plus divertissant pour notre génération(peut-être même pour tout le monde mais c'est vrai qu'il est très gore quand même). Dommage qu'il n'y ai pas eu les pilleurs mais vu les zombies, est-ce qu'un groupe, si conséquent soit-il, pourrait survivre bien longtemps sur la route? Je ne pense pas! Ah, et bon point final, la scène du caméscope pendant le générique de fin. Très bon ajout.

Night of the Living Dead: Film réalisé par le chef maquilleur de Romero, Tom Savini(pour en revenir à ce que je disais en début de post). Et je préviens avant, je ne le compare pas avec Night mais avec Day, en ce qui concerne la réalisation bien sûr, ils ont 4 ans de différence. Et beh il n'y a vraiment pas photo et on peut affirmer que Romero est vraiment un réalisateur très médiocre, je vous laisse comparer si cela vous intéresse.
En ce qui concerne le film en lui-même, je le trouve meilleur que l'original puisque celui-ci c'est un vrai remake. On a la même histoire avec un personnage qui change de comportement: Barbara du tout au tout(qui m'a fait penser à Meryl de Metal Gear Solid) et en gros, une fin différente(pour moi carrément mieux exploitée) qui prouve que lorsque l'être humain est livré à lui-même, il est capable du pire. La scène de l'explosion du camion est moins réussi, j'ai trouvé mais la scène de la télé qui dégénère pour arriver là où l'on arrive est mieux maitrisée. Petit bémol, le temps que mettent les personnages pour barricader la maison, beaucoup trop long.

Day of the Dead: Pour moi, ce n'est même pas un remake, donc difficile de les comparer. C'est simple si je n'avais pas vu le titre du film je n'aurais sûrement jamais fait le rapprochement. Sauf si par chance, j'avais vu l'original juste après car il y a pas mal de noms repris. A part les noms, il y a un zombie "apprivoisé" mais exploité de manière totalement différente et un laboratoire souterrain que l'on découvre à la fin du film là où a été créé le virus(en gros à part souterrain, rien n'est pareil). Les zombies, ici aussi, sont fou furieux et font même des bons de 5 mètres(qui peut survrire à ça sérieusement!). Donc, ne vous attendez pas à voir un remake mais un film totalement inédit sinon, vous allez être déçu. En ce qui concerne le film en lui-même, il est pas mal, divertissant et possède quelques bonnes idées comme les souvenirs des zombies de leur nature humaine qui font qu'ils n'ont pas tous les mêmes réactions(d'ailleurs le scientifique qui se déplace à la True Blood en évitant les balles, c'était peut-être un peu trop...) avec Bud, par exemple qui reste végétarien et attiré par l'héroïne dont j'ai oublié le nom. La scène de la carbonisation n'était pas très crédible à mon sens, si ce n'est pas la chaleur qui les tue, le manque d'oxygène aurait dû faire le travail pour elle mais passons car c'était bien fait :p. Dernier plan du film vraiment tout pourri, un classique que je vous laisse découvrir. Ah et, pour finir, la zombification est à voir, je trouve. Une sorte de dégénérescence accélérée très réussie.
Au final, le premier du nom est un meilleur film dans son ensemble de mon point de vue(malgré la pauvre prestation de Romero en tant que réalisateur, des acteurs et des doubleurs français).


Petit aparté(car un peu HS, je peux déplacer cette partie du message si on me le demande dans un topic plus approprié ou, si le topic s'étoffe avec d'autres films de Romero ou des "classiques" du film de zombie, on pourrait renommer le topic, tout simplement. ) pour parler rapidement de The Crazies. Bon déjà, c'est avec Timothy Olyphant, qui garanti au moins un bon film(nan c'est des conneries => Hitman, je sais, mais je l'aime bien!) dans son rôle de prédilection, celui d'un Sheriff :D. donc c'est l'histoire d'un virus qui rend les gens psychopathes de manière différentes(sadique, bourrin, etc...) suivant ton caractère de départ je suppose mais ce n'est pas précisé, il me semble. Le virus s'est répandu par les lignes d'eau donc ceux qui habitaient assez loin(dont le sheriff) ne l'ont pas contracté.
Il y a des scènes vraiment terrible(dans le sens bien) comme celle du laveur de voiture et ce qui suit lorsque l'adjoint commence a péter un plomb. Avec les chasseurs c'est pas mal aussi, d'ailleurs, ce sont vraiment de bons personnages secondaires infectés. J'ai bien aimé la scène dans la maison du couple. En fait, je me rends compte que j'ai aimé la plupart des scènes ><.
Holocauste nucléaire un peu exagéré à la fin mais visuellement captivant(après pas crédible pour un sous que la femme, pas attachée, survive) et les images satellites m'ont un peu refroidis au début du film(mais c'est tertiaire comme élément, limite inutile sauf pour la fin) et la toute dernière scène, ma foi d'un classique réchauffé, reste tout de même efficace et nous laisse sur notre fin. Pour les amateurs, je pense que c'est un film à voir. J'essayerais de me procurer celui de Romero et viendrais en parler ici quand ce sera fait, apparemment il n'est pas du tout traité de la même manière.

Note: Ouf, c'est fini. J'ai commencé à écrire ce post il y a une semaine je crois...

Donc en conclusion, je trouve ces films de Romero très surclassé, c'est pas parce que tu as un bon scénario(et encore je suis bon publique) que tu as un bon film selon moi, il n'y a donc que 2 films à retenir de cette série des of The Dead pour moi: Dawn et Day.

Question anecdotique pour, peut-être, lancer un autre débat: Je n'ai jamais compris comment la prolifération des zombies pouvait bien fonctionner dans ce genre de film. Sachant que si les zombies sont au nombres de 10(on va dire, mais 4 suffisent), il se font un festin de chaque humain qu'ils attrappent, au point qu'il n'ai plus de membres(voire la tête arrachée), et ceux qui se font juste mordre sont tout le temps tué par leurs compagnons(ou se suicide) avant qu'ils ne se transforment, ou juste après. Je parle d'après le troisième jour(on va dire), histoire de savoir comment marche la contamination. Des idées?
Dernière modification par Mandrill le ven. nov. 12, 2010 12:11 am, modifié 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
pacclerouge
Major
Messages : 1477
Inscription : mar. oct. 31, 2006 9:19 am
Localisation : Bosphore Blue

Re: Les "...of The Dead" de Romero + remakes

Message par pacclerouge » mer. nov. 10, 2010 6:08 pm

Impossible de répondre point par point au post entier; mais tu es quand même trop sévère. Dawn of the dead et Day of the dead sont certainement les meilleurs, mais je me demande si tu dois juger de la performance des acteurs quand tu regardes le film en vf, et si tu on doit autant lapider la réalisation de Romero quand on voit le budget dont il disposait.
Le vrai ratage c'est Land of the dead où il avait justement un budget conséquent. Pour ce qui de Diary, il voulait surfer sur la vague REC et compagnie, et c'est en effet pas tip top. Par contre j'ai bien aimé Survival qui était assez old school dans le traitement des zombies et qui reprenait certaines thématiques de Day of the dead.

Pour prendre la défense de Romero, ceux qui en effet voulaient en faire un maître de la contestation politique peuvent se fourrer le doigt dans l'oeil. Par contre ce qui est certain c'est que Romero est indéniablement désenchanté et désabusé ainsi que profondément misanthrope. C'est d'ailleurs le message qui se dégage de ses films, mieux vaut les zombies et leur présupposée non-humanité que les humains. Il est là le retournement de valeurs original et inégalé de Romero.
C'est pour ça qu'il est et reste le maître incontesté du film de zombie, même si certains films de zombie sont plus aboutis que les siens (shawn of the dead, 28 semaines plus tard). Mais ses meilleurs films sont largement supérieurs à 28 jours plus tard, qui est une merde infâme, mais aussi au remake flemmard de Snyder. Le vrai/faux remake de Snyder ne vaut que pour la séquence d'intro et la séquence de fin. Et petite parenthèse sur Snyder, sur lequel il faudrait arrêter de se masturber, le gars pour l'instant c'est que des adaptations et une tendance au ralenti/pose iconique/grosse guitare qui est tout sauf une innovation majeure et intéressante dans le cinéma d'action. Et c'est pas forcément son prochain film qui me fera démentir.

Conclusion, comparer Romero à Uwe Boll c'est un scandale; ou vraiment de la mauvaise foi. Romero sans atteindre (mais qui le peut) la stature de Big John, est même bien supérieur à Wes Craven, qui est incroyablement surestimé. Romero a marqué la naissance d'un mythe horrifique, et a largement cadré, malgré les imperfections indéniables de ses films) quelle pouvait en être une exploitation thématique sérieuse et profonde (en dehors du fun ou de l'humour pur et dur). Ce qui n'est pas donné à tout le monde, loin de là.
"Quand on a pas de technique, il faut y aller à la zob."
Image

Avatar de l’utilisateur
Mandrill
Capitaine
Messages : 1058
Inscription : dim. août 29, 2010 11:04 pm

Re: Les "...of The Dead" de Romero + remakes

Message par Mandrill » mer. nov. 10, 2010 8:07 pm

pacclerouge a écrit :Impossible de répondre point par point au post entier; mais tu es quand même trop sévère. Dawn of the dead et Day of the dead sont certainement les meilleurs, mais je me demande si tu dois juger de la performance des acteurs quand tu regardes le film en vf, et si tu on doit autant lapider la réalisation de Romero quand on voit le budget dont il disposait.
Je sais faire la différence entre jeu d'acteur et problème de doublage, ne t'inquiète pas. J'ai d'ailleurs vu la moitié de la série en VO dont Night, Land et Survival, peut-être même Diary, je ne me souviens plus... et le budget n'excuse pas tout, d'ailleurs, dans Dawn on ne remarque pas le petit budget(à part dans le maquillage). Alors que Day a couté 7 fois plus cher, je le trouve moins bien réalisé et joué, cherchez l'erreur(sûrement le maquillage et les effets spéciaux trop poussé). Je précise que pour moi, la réalisation compte la supervision du choix des acteurs, la direction de ces derniers, le choix des plans et la supervision du montage final en activités principales.
pacclerouge a écrit : Le vrai ratage c'est Land of the dead où il avait justement un budget conséquent. Pour ce qui de Diary, il voulait surfer sur la vague REC et compagnie, et c'est en effet pas tip top. Par contre j'ai bien aimé Survival qui était assez old school dans le traitement des zombies et qui reprenait certaines thématiques de Day of the dead.
C'est bien pour ça que c'est mon préféré de la nouvelle vague, ce n'est peut-être pas très clair dans mon post précédent, vu que je descend pas mal, malgré les points, qui restent problématiques chez moi, que j'ai évoqué. Par contre qu'est-ce que tu as pensé du dernier plan?(le duel entre les deux vieux sur fond de Lune aux portes de la couche d'ozone sans exagérer :p) Esthétique je l'accorde mais ridicule.
pacclerouge a écrit : Pour prendre la défense de Romero, ceux qui en effet voulaient en faire un maître de la contestation politique peuvent se fourrer le doigt dans l'oeil. Par contre ce qui est certain c'est que Romero est indéniablement désenchanté et désabusé ainsi que profondément misanthrope. C'est d'ailleurs le message qui se dégage de ses films, mieux vaut les zombies et leur présupposée non-humanité que les humains. Il est là le retournement de valeurs original et inégalé de Romero.
C'est pour ça qu'il est et reste le maître incontesté du film de zombie, même si certains films de zombie sont plus aboutis que les siens (shawn of the dead, 28 semaines plus tard). Mais ses meilleurs films sont largement supérieurs à 28 jours plus tard, qui est une merde infâme, mais aussi au remake flemmard de Snyder.
Tu as préféré 28 Weeks Later à 28 Days Later?!
Il reste le maître principalement parce qu'il a inventé le zombie que l'on connaît pour moi. Assez d'accord sur ton analyse de la série. Et je répète ce que j'ai dit, dans la généralité, il a de bons scénarios.
pacclerouge a écrit : Le vrai/faux remake de Snyder ne vaut que pour la séquence d'intro et la séquence de fin. Et petite parenthèse sur Snyder, sur lequel il faudrait arrêter de se masturber, le gars pour l'instant c'est que des adaptations et une tendance au ralenti/pose iconique/grosse guitare qui est tout sauf une innovation majeure et intéressante dans le cinéma d'action. Et c'est pas forcément son prochain film qui me fera démentir.
Je suis loin de me branler sur Snyder, ma question était est-ce qu'un Snyder peut-être mauvais? La réponse est pour l'instant non chez moi. Et l'argument adaptation, je vois pas trop le rapport, c'est sa qualité en tant que réalisateur qui est indéniable et 300 était tout de même innovant. Je suis d'accord pour les ralenties, j'ai d'ailleurs du mal à voir leur utilitée dans ce remake. Un peu dans Watchmen aussi mais cela passe déjà mieux, par contre dans 300 c'est parfait. Alors, peut-être que Sucker Punch changera la réponse à cette question mais j'attend de voir. Pour le film d'animation c'est pas pareil et puis, c'est à peu près sûr qu'il plaira.
pacclerouge a écrit : Conclusion, comparer Romero à Uwe Boll c'est un scandale; ou vraiment de la mauvaise foi. Romero sans atteindre (mais qui le peut) la stature de Big John, est même bien supérieur à Wes Craven, qui est incroyablement surestimé. Romero a marqué la naissance d'un mythe horrifique, et a largement cadré, malgré les imperfections indéniables de ses films) quelle pouvait en être une exploitation thématique sérieuse et profonde (en dehors du fun ou de l'humour pur et dur). Ce qui n'est pas donné à tout le monde, loin de là.
J'avoue y avoir été un peu fort sur la comparaison mais c'était pour attirer l'oeil. :p
J'étais vraiment déçu(je le suis toujours), aussi, j'en attendais beaucoup donc la critique s'en fait ressentir. Peut-être que mon avis changera avec le temps, mais cela m'étonnerait beaucoup(ne jamais dire "jamais"). Et je maintiens que c'est principalement(même si j'ai dit beaucoup de choses) sa qualité de réalisateur que je critique négativement.
Image

Avatar de l’utilisateur
pacclerouge
Major
Messages : 1477
Inscription : mar. oct. 31, 2006 9:19 am
Localisation : Bosphore Blue

Re: Les "...of The Dead" de Romero + remakes

Message par pacclerouge » mer. nov. 10, 2010 10:03 pm

Alors là encore une fois rapidos.

Sans vouloir défendre outre que mesure Survival of the dead, il faut juste le prendre pour ce qu'il est : un bon petit film de zombie à l'ancienne, où Romero met un peu de côté ses velléités politiques foireuses et prétentieuses. Après le dernier plan... ouais c'est pas extraordinaire dans la symbolique, mais j'ai vu largement pire. Et puis au moins il peut y avoir un sens.

Sinon oui, je maintiens que le film de Danny Boyle est largement surestimé. 28 jours plus tard est intéressant pour les 20 premières minutes, parce qu'il a réussi à vider des quartiers de Londres. Dès qu'il doit toucher les personnages et les faire agir de manière cohérente, c'est un ratage permanent, et on voit bien que Danny Boyle ne maîtrise pas les codes basiques du genre. Voilà pourquoi 28 semaines plus tard est largement plus abouti aussi, car Fresnadillo ne rate pas ses scènes clés, il te met bien dans l'action, arrive à varier les rythmes quand il le faut, notamment via le changement de caméra.
De toute façon je suis assez traditionnaliste pour tout ce qui touche le zombie : il doit être lent, et globalement con. C'est pour ça que j'aime pas trop Land of the Dead, mais surtout pourquoi je n'aime pas la mode du zombie qui court. D'autant que les réalisateurs prennent ce choix pour justifier des artifices de réalisations contestables, en gros : je fais courir tout le monde, caméra au poing, et je fais trembler le tout. Ils croient que ça véhicule du spectaculaire, et pensent que ça compensera de toute façon les moments où forcément il faut respirer un peu et broder autour des personnages. Et non ! Raté ! Parce qu'il est un peu là le problème des films de Snyder et de Boyle, c'est qu'entre les scènes où ça tremble de partout on se fait chier comme des rats morts et on en a rien à foutre de l'intrigue. Alors que dans les films de Roméro, c'est justement quand c'est très calme, que la tension monte. Le zombie lent, c'est la fin inexorable de l'homme. Donc c'est l'attente autour de cette fin, et la construction du climax, avec la connerie humaine en personnage principal, qui en font des films assez uniques. Et ils sont peu les réalisateurs à vouloir poursuivre cette voie. Dommage. C'est peut-être aussi un des problèmes de la Horde (entre autres).

Pour terminer avec Snyder, non même avec 300, au bout d'un certain temps ça ne marche plus. Je l'ai revu (peut-être pour la dixième ou douzième fois) l'été dernier, et c'est la première fois où j'ai commencé à me faire chier. Je ne veux pas lui jeter la pierre, parce qu'il sait empaqueter un film, mais il a encore du boulot avant d'être réellement un réal qui a sa propre grammaire cinématographique en dehors de l'esbrouffe (ou du cache-misère). En parlant de plan, c'est vrai que la lune c'est scandaleux, mais un spartiate qui hurle au ralenti pendant 10 secondes avec la musique de Nine Inch Nails, ou Miss Jupiter qui s'accroupit avec 10 secondes de cheveux qui se baladent, c'est tout aussi kitsch et chipouille.

Et sinon je te conseille Zeder, un vieux film italien, traitant plus ou moins du zombie, et qui est... intéressant.
Dernière modification par pacclerouge le jeu. nov. 11, 2010 10:33 am, modifié 1 fois.
"Quand on a pas de technique, il faut y aller à la zob."
Image

Avatar de l’utilisateur
BLOODROSE
Major
Messages : 1461
Inscription : mar. déc. 18, 2007 1:26 pm
Localisation : dans la nouvelle Enoch

Re: Les "...of The Dead" de Romero + remakes

Message par BLOODROSE » jeu. nov. 11, 2010 4:02 am

Une fois de plus, je suis d'accord avec mon comparse de discussions cinéphilique -si je peux l'appeler ainsi- Pacclerouge, de rajouter que le kitch et culte, ne sont pas incompatible. En effet, il n'ya qu'à voir Rocky Horror Picture Show mais je m'égare, pour ma part Roméro ainsi que Mario Bava -pour l'horreur fantstique- (et d'une certaine façon Dario Argento mais dans une tout autre mesure) ont donné leur lettre de noblesse à un cinéma considéré comme un sous-sous genre, nullement digne d'intérêt, à l'époque (appelé d'ailleurs série Z), même si des noms comme Jacques Tourneur ou Ed Wood (ça c'est pour la dimension comique de mon post :P), se s'y ont frôté, Roméro a su revisiter ce genre en lui donnant ses codes actuels, évidement, ça n'a pas la dimensions politique et l'engagement, voir même le nihilïsme de MONSIEUR Carpenter, mais il reste, pour moi, l'un des précurseurs du cinéma de Zombie et du gore et et c'est pour cela que si comme tu dis, Roméro avait attendu qu'on le subventionne, aucune production de ce genre ne serait peut être sorti et n'aurait eu une telle évolution. De plus, tu parles de la plus vieille caméra du monde et d'éclairage, pour ma part à l'instar du "Massacre à la tronçonneuse" de Tobe Hooper ou des effets spéciaux en carton pâte, j'ai une inclinaison et une tendresse pour ce vintage là et parfois cette effet "cracra" que tu sembles réprouver.
[url=http://www.servimg.com/image_preview.php?i=41&u=12632763][img]http://i73.servimg.com/u/f73/12/63/27/63/bloodr11.png[/img][/url]
"Qu'importe le flacon, pourvu qu'il y'ait l'ivresse"

Avatar de l’utilisateur
pacclerouge
Major
Messages : 1477
Inscription : mar. oct. 31, 2006 9:19 am
Localisation : Bosphore Blue

Re: Les "...of The Dead" de Romero + remakes

Message par pacclerouge » jeu. nov. 11, 2010 7:34 pm

Ouais, c'est ça qu'on demande, du respect merde !! Bava, Argento, Big John, Romero, Hooper, ce sont des précurseurs, et rien que pour leur apport il faut être indulgent, voire même faire preuve d'un peu de déférence. Ils ne sont pas intouchables et sont d'ailleurs assez inégaux dans leurs productions récentes. Argento n'aligne que des merdes alors qu'il a révolutionné la mise en scène en son temps (Suspiria et Inerno, voilà deux chefs d'oeuvre innovants). Idem pour Hooper qui n'est capable aujourd'hui que de produire des direct-to-dvd vite torchés.

Mais ce que je te reproche Mandrill, et un point sur lequel je ne suis pas intervenu, c'est de vouloir faire croire que Romero est réellement qualifié de réalisateur génial et culte. C'est très loin d'être le cas, notamment venant des premiers fans du genre. Mad Movies avait été mitigé sur Land of the dead (alors que l'attente avait été grande) et avait été très critique sur Diary of the dead. Donc je ne sais pas d'où tu tiens ce jugement.

Ah et pour l'interrogation de la propagation du virus zombiesque, chose qui en soit n'est pas primordiale, mais je te propose deux pistes :
- Soit c'est une pandémie dévastatrice, et là on ne parle pas 4 zombies initiaux mais de centaines qui ont eux-mêmes mordu des centaines d'humains, etc...
- Soit on suit l'intuition de Dawn of the dead avec une vision plus religieuse "Quand il n'y a plus de place en enfer, les morts reviennent sur Terre" (superbe phrase d'ailleurs). Et là c'est un peu plus flippant, parce que tout mort (mordu ou pas) se réveille en zombie. Si tu ajoutes à ce fait, le coup des morsures, tu vois que ça peut rapidement devenir incontrôlable.
"Quand on a pas de technique, il faut y aller à la zob."
Image

Avatar de l’utilisateur
BLOODROSE
Major
Messages : 1461
Inscription : mar. déc. 18, 2007 1:26 pm
Localisation : dans la nouvelle Enoch

Re: Les "...of The Dead" de Romero + remakes

Message par BLOODROSE » jeu. nov. 11, 2010 7:45 pm

pacclerouge a écrit : Ah et pour l'interrogation de la propagation du virus zombiesque, chose qui en soit n'est pas primordiale, mais je te propose deux pistes :
- Soit c'est une pandémie dévastatrice, et là on ne parle pas 4 zombies initiaux mais de centaines qui ont eux-mêmes mordu des centaines d'humains, etc...
- Soit on suit l'intuition de Dawn of the dead avec une vision plus religieuse "Quand il n'y a plus de place en enfer, les morts reviennent sur Terre" (superbe phrase d'ailleurs). Et là c'est un peu plus flippant, parce que tout mort (mordu ou pas) se réveille en zombie. Si tu ajoutes à ce fait, le coup des morsures, tu vois que ça peut rapidement devenir incontrôlable.
De rajouter une fois de plus, pour la culture général de ceux que ça interesseraient, avant ce pandant de l'origine zombiesque, les premiers films de zombies avaient pour thème le vaudou et c'était l'explication de ces fameux morts vivants, jusqu'à ce que Roméro, donc, y mette son nez... Et pour cause, on peut dire qu'il a eu du flair ;)
[url=http://www.servimg.com/image_preview.php?i=41&u=12632763][img]http://i73.servimg.com/u/f73/12/63/27/63/bloodr11.png[/img][/url]
"Qu'importe le flacon, pourvu qu'il y'ait l'ivresse"

Avatar de l’utilisateur
pacclerouge
Major
Messages : 1477
Inscription : mar. oct. 31, 2006 9:19 am
Localisation : Bosphore Blue

Re: Les "...of The Dead" de Romero + remakes

Message par pacclerouge » jeu. nov. 11, 2010 11:21 pm

Ben justement en parlant des films de mort-vivants pré-Romero, est-ce que tu as des titres en tête ? Parce que ma culture du cinoche de genre avant les années 60/70 est proche du zéro.
Je ne compte pas les films sur les momies, et je ne sais pas si la Hammer au temps de sa splendeur s'y était collé.
"Quand on a pas de technique, il faut y aller à la zob."
Image

Avatar de l’utilisateur
Mandrill
Capitaine
Messages : 1058
Inscription : dim. août 29, 2010 11:04 pm

Re: Les films de zombies (tout genre confondu)

Message par Mandrill » ven. nov. 12, 2010 12:17 am

Premièrement, comme vous avez pû le remarquer, ou non, j'ai changé le titre du topic, comme ça pas de risques de H-S(enfin moins).
pacclerouge a écrit :Ouais, c'est ça qu'on demande, du respect merde !! Bava, Argento, Big John, Romero, Hooper, ce sont des précurseurs, et rien que pour leur apport il faut être indulgent, voire même faire preuve d'un peu de déférence. Ils ne sont pas intouchables et sont d'ailleurs assez inégaux dans leurs productions récentes. Argento n'aligne que des merdes alors qu'il a révolutionné la mise en scène en son temps (Suspiria et Inerno, voilà deux chefs d'oeuvre innovants). Idem pour Hooper qui n'est capable aujourd'hui que de produire des direct-to-dvd vite torchés.

Mais ce que je te reproche Mandrill, et un point sur lequel je ne suis pas intervenu, c'est de vouloir faire croire que Romero est réellement qualifié de réalisateur génial et culte. C'est très loin d'être le cas, notamment venant des premiers fans du genre. Mad Movies avait été mitigé sur Land of the dead (alors que l'attente avait été grande) et avait été très critique sur Diary of the dead. Donc je ne sais pas d'où tu tiens ce jugement.
D'ailleurs, j'ai vu que Survival of The Dead était sorti en direct-to-dvd, au moins en France. On doit finir par se rendre compte qu'il commence à être grabataire :p Non, non, aucun respect!
Blague à part, il a inventé un genre Romero, je ne vais pas lui enlever ça et je comprend qu'il restera dans la mémoire collective(mon problème c'est que c'est en tant que très bon réalisateur) et limite certains sont aveuglé par ça. J'ai encore lu aujourd'hui un commentaire d'un journaliste sur un site anglais(lequel?, bonne question!) qui avait trouvé les acteurs de Night premier du nom, incroyablement talentueux(la phrase était pas tourné comme ça, je ne m'en souviens plus exactement). Je n'ai qu'un mot: ineptie.
Où est-ce que j'ai eu cette idée?, ben de tout ce que j'ai lu, entendu au sujet de Romero. Je ne le sors pas de nul part, c'était bien dans ma tête et pour y être, quelque chose l'y a mis et rien ne l'a enlevé, jusqu'à maintenant, après visionnage. Après, d'où exactement?, je ne sais pas, il y avait sûrement entre autres l'article sur Romero dans le wiki anglais et sinon principalement des sites anglophone, je préfère(et ça travail mon cerveau à l'anglais, ce qui est toujours un plus). Après je n'ai sûrement pas été aux bons endroits mais j'ai l'impression de toujours avoir associé Romero à cette image donc il y a une raison.
pacclerouge a écrit : Ah et pour l'interrogation de la propagation du virus zombiesque, chose qui en soit n'est pas primordiale, mais je te propose deux pistes :
- Soit c'est une pandémie dévastatrice, et là on ne parle pas 4 zombies initiaux mais de centaines qui ont eux-mêmes mordu des centaines d'humains, etc...
- Soit on suit l'intuition de Dawn of the dead avec une vision plus religieuse "Quand il n'y a plus de place en enfer, les morts reviennent sur Terre" (superbe phrase d'ailleurs). Et là c'est un peu plus flippant, parce que tout mort (mordu ou pas) se réveille en zombie. Si tu ajoutes à ce fait, le coup des morsures, tu vois que ça peut rapidement devenir incontrôlable.
Oui, ça OK mais ma question était surtout pour après, quand c'est bien installé, que les groupes de survivants sont formés. Là, d'après les films, les zombies(du même genre que ceux de Romero) ne devraient que diminuer(ou presque) puisque les humains les tuent et côté humain, soit il se font dévorer au point de ne plus pouvoir être zombie(ou d'être un zombie inutil, à terre pour l'éternité; comme pour les têtes sectionnées), soit se tuent, soit se font tuer par leurs amis. C'était une question sarcastique pour faire la remarque que "j'ai toujours trouvé ça bizarre" et voir si d'autres le trouvait aussi.^^
BLOODROSE a écrit :De plus, tu parles de la plus vieille caméra du monde et d'éclairage, pour ma part à l'instar du "Massacre à la tronçonneuse" de Tobe Hooper ou des effets spéciaux en carton pâte, j'ai une inclinaison et une tendresse pour ce vintage là et parfois cette effet "cracra" que tu sembles réprouver.
Je reviens sur mes propos "années 50", en fait ça fait plus années 40. Il faudrait que je me fasse la version colorisée pour voir ce que ça donne après digitalisation et donc, réglages de tout ces petits problèmes qui m'ont chatouillé.^^ Pour les effets spéciaux en carton pâte, cela ne me dérange pas outre mesure, je crois l'avoir dit dans le premier post. Peut-être l'ai-je zappé. Le problème c'est que je ne pense pas qu'il soit voulu le côté vintage, on est quand même fin 60s, pas début 40s. On en revient au budget et j'ai précisé que, malgré tout, ce n'est pas sur cette aspect "N&B cracra" que se porte ma critique. Arf, je me suis relu et c'est vrai que c'est pas du tout clair, je pensais avoir été plus pondéré ><. Donc, je pardonne la qualité de l'image, du son, des effets spéciaux mais pas la gestion de la lumière, de certains plans(pas dans le sens, déjà-vu, trop banal ou autre, je précise) et des acteurs.
BLOODROSE a écrit : De rajouter une fois de plus, pour la culture général de ceux que ça interesseraient, avant ce pandant de l'origine zombiesque, les premiers films de zombies avaient pour thème le vaudou et c'était l'explication de ces fameux morts vivants, jusqu'à ce que Roméro, donc, y mette son nez... Et pour cause, on peut dire qu'il a eu du flair ;)
Je l'ai appris cette semaine ça. C'est bien de le préciser en tout cas.

Maintenant, que le topic a changé de noms, on va pouvoir se lâcher un peu plus sur une sélection de film plus importantes. J'aurais pas mal de choses à dire sur les 28, en gros je pense à peu près le contraire de toi pacclerouge mais j'y reviendrais plus en détails dans un autre post.
Et je me suis fait 2 autres films depuis: Planet Terror(zombies? plus ou moins mais quand même oui) et Dead Snow. J'y reviendrais aussi mais, pour le premier dans le style "zombie infection", ouais c'était vraiment pas mal, avec un bon cast, une bonne bande-son, de bons dialogues(assez en tout cas) et une bonne idée(je parle de la qualité de la péllicule) mais peut-être un peu trop exploitée à mon goût, pleins d'autres bonnes choses. Le deuxième, dans le style "zombie vaudou/maléfique/surnaturel" était aussi un très bon produit du cinéma Norvégien, un très mauvais doublage(il me semble que c'est un direct-to-dvd donc pas étonnant) par contre, il n'y a guère que le vieux qui est bien doublé. Cela se regarde très bien, avec de beau paysage, j'ai toujours été admiratif des films qui se passe dans la neige(ça doit être vachement compliqué à faire) et celui-là est très réussi, j'ai pas réussi à voir un seul "soucis de terrain"(ne trouve pas mes mots). C'est bien sanglant comme il faut, il passe comme une lettre à la poste dès que ça démarre! Je me le referais en VO je pense, j'ai pas voulu au départ parce que c'est du Norvégien mais la VF nous l'impose en fait.^^ J'y reviendrais aussi, je pense, de toutes façons.
Image

Avatar de l’utilisateur
pacclerouge
Major
Messages : 1477
Inscription : mar. oct. 31, 2006 9:19 am
Localisation : Bosphore Blue

Re: Les films de zombies (tout genre confondu)

Message par pacclerouge » ven. nov. 12, 2010 10:06 am

Mouais... c'est pas concluant le coup de Romero "grand réalisateur internationalement reconnu". Il ne faut pas se fier à Telerama qui fout deux T noirs à la Nuit des Morts-Vivants. Donc si tu parles avec les initiés du genre, tu verras qu'il sera remis souvent à sa juste place. Mais je crois que tu devrais essayer de remettre les oeuvres initiales de Romero dans leur temps. Tu peux seulement comprendre leur impact par rapport à la production préexistence, les thèmes abordés, etc... Une chose que tu ne fais jamais, en mettant uniquement l'accent sur la réalisation, avec les standards actuels. Alors forcément que tu passes à côté de l'essentiel. Tu parles de Planet Terror, il est sympathique et c'est peut-être le meilleur film de Rodriguez (avec une nuit en enfer) mais c'est toujours un peu un travail de branleur. Rien n'est réellement fouillé ou revisité par Rodriguez.
Honnêtement, si tu me laisses choisir entre le Jour des Morts-Vivants et Planet Terror, je choisis le second.

J'attends ton avis sur la franchise 28 ... plus tard.
"Quand on a pas de technique, il faut y aller à la zob."
Image

Répondre