L'homme et la femme dans notre société

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres catégories.
Avatar de l’utilisateur
Zhatan
Chef d'Etat Major
Messages : 5250
Inscription : dim. août 30, 2009 7:56 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Zhatan » lun. déc. 21, 2015 7:23 pm

Sauf que :
1/ ça implique bien que les caractéristiques qui rendent un homme ou une femme désirables ou bankables ne sont pas les mêmes (du moins dans la tête de ceux qui "exagèrent" les traits des super-héros).
2/ C'est problématique si cette asymétrie se double d'une asymétrie de la valeur accordée aux caractéristiques qui rendent les super héros ou les super héroïnes bankables.
Et pour le deux : alors que le héros masculin est mis en avant par ses gros pectoraux musclés qui lui font jouer un rôle actif, on peut se demander dans quelle mesure les gros lolos et les hanches de catwoman ne font pas d'elle un "objet" sexuel, passif, bonne à regarder pour sa plastique mais pas pour sa prouesse.
Même si ça n'empêche évidemment pas un personnage féminin d'avoir un rôle actif par ailleurs. Mais c'est assez marrant de voir que très souvent les personnages féminins qui se battent le font de manière... féminine (kung-fu, souplesse... etc).

Bref : c'est pas parce que les fantasmes masculins et féminins sont différents que ça justifie que les femmes soient ainsi exposées. Bon après j'y connais rien sur le sujet.
« Tout en respectant les femmes, on peut aussi accepter de les frapper. » - Lord Kitetsu, dit "le gentleman
Nouveau ! (28/09) https://adroiteetagauche.wordpress.com/ ... us-serons/

Avatar de l’utilisateur
Waweed
Marin
Messages : 446
Inscription : lun. avr. 21, 2014 1:00 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Waweed » lun. déc. 21, 2015 7:48 pm

1/ ça implique bien que les caractéristiques qui rendent un homme ou une femme désirables ou bankables ne sont pas les mêmes (du moins dans la tête de ceux qui "exagèrent" les traits des super-héros).
Effectivement, dans la mesure où le corps de la femme et de l'homme ne sont pas les mêmes, il me semble évident que les caractéristiques d'attraction seront différentes.
c'est pas parce que les fantasmes masculins et féminins sont différents que ça justifie que les femmes soient ainsi exposées.
Nous sommes d'accord là dessus, ça ne justifie absolument rien. C'est l'argumentaire des féministes du net que j'attaque, après évidemment que c'est de mauvais goût de dépeindre les femmes comme ça.

Avatar de l’utilisateur
San999
Okama
Messages : 7075
Inscription : ven. sept. 08, 2006 11:26 am
Localisation : À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par San999 » lun. déc. 21, 2015 8:05 pm

Déjà, exactement ce que dit Zhatan.

Ensuite, justement, il y a quelque chose qu'une féministe a répondu à ce genre d'argument. Déjà, si un homme arrive à correspondre à ce genre de stéréotype, c'est considéré comme quelque chose de totalement positif. Une femme qui se comporte et s'habille comme le font certains personnages de comics, elle est certes sexy, mais elle est aussi considérée comme une "salope"...

Enfin, s'il est vrai que la façon de fantasmer sur des hommes ou sur des femmes est différente (pour des raisons certes culturelles, mais voilà), il n'empêche que tu peux demander à n'importe quelle femme hétéro, elle appréciera de voir une belle paire de fesses. Pourtant, un personnage masculin est rarement positionné de façon à mettre en valeur ses fesses. Même les poses juste avec les muscles, ce n'est pas spécialement sexualisé. D'ailleurs, même juste la pose sur la photo de ce Chris Evans que tu as prise, si tu mets Batman ou Superman comme ça, sur des couvertures de comics, je pense que les mecs hétéros vont pas se sentir super à l'aise. Tout est fait pour que l'on s'identifie à la force des personnages masculins et qu'on les envie, pas pour qu'on soit excité par eux. Ce qui revient à ce que j'ai dit plus haut, même si c'est éminemment complexant pour les mecs "normaux" d'avoir ça pour modèle, il n'empêche s'ils arrivent à correspondre aux images des héros, ce sera cool pour eux. Là ou les meufs, ben c'est complexant, et si par hasard elles parviennent à y ressembler un peu, elles se font traiter de "salopes" ou en tout cas, il y a un certain mépris sur leur respect en elle-même...
Effectivement, dans la mesure où le corps de la femme et de l'homme ne sont pas les mêmes, il me semble évident que les caractéristiques d'attraction seront différentes.
Ce n'est pas si évident que ça. J'imagine toutes sortes de réponses à donner à ça, mais il faudrait que tu précises ta pensée, pour que je sois sûr de ne pas répondre à côté.
Moi, le joyeux et tout-puissant Phoenix Violet, je prends soin de mon afro des ténèbres! /o/
Image

Avatar de l’utilisateur
Waweed
Marin
Messages : 446
Inscription : lun. avr. 21, 2014 1:00 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Waweed » lun. déc. 21, 2015 9:47 pm

Déjà, si un homme arrive à correspondre à ce genre de stéréotype, c'est considéré comme quelque chose de totalement positif. Une femme qui se comporte et s'habille comme le font certains personnages de comics, elle est certes sexy, mais elle est aussi considérée comme une "salope"...
Si on s'en tient à cette image de fantasme populaire chez la femme et l'homme, c'est logique que les perceptions soient différentes puisque ces deux fantasmes le sont. Concernant la connotation négative de l'image de la femme fantasmée par l'homme : A niveau d'attraction égal, d'un côté on a l'image de l'homme rebelle, inaccessible, sûr de lui et de l'autre, on a l'image de la femme aguicheuse, allumeuse et sexy. D'un côté, un mec qui ne veut pas forcement de la femme au premier abord et qu'il va falloir atteindre, et de l'autre une femme directement disponible, limite nymphomane. Evidemment que l'un de ces deux images est moins glorieuse que l'autre, mais ce n'est de la faute de personne si la plupart des hommes fantasment sur ce genre de femme plutôt que sur la chiante, bourrue/bourrin qui bosse dans un garage auto ou que sur le stéréotype de l'intellectuelle froide, maniaque et calculatrice.
pour des raisons certes culturelles, mais voilà
Si les canons de beauté physique ont évolué dans la culture populaire, je ne suis pas sur que les fantasmes concernant l'attitude dépendent d'un conditionnement culturel. J'en doute même beaucoup. On s'appuierait sur quoi pour le prouver ? Si on s'appuie sur des éléments "concrets", au niveau culturel, ce serait même le contraire puisque c'est surtout l'offre qui s'adapte à la demande. Dans le milieu du porno classique le plus mainstream, c'est souvent cette image de la femme aguicheuse, allumeuse et soumise qui est représentée, ce qui doit bien être la preuve que ça correspond à un idéal féminin populaire pour l'homme sinon sans n'aurait pas autant de succès. Puis pour avoir un peu étudié (ne vous moquez pas) le milieu du porno, si on s'est tourné vers quelque chose de globalement plus trash avec cette volonté d'aller toujours plus loin, la représentation de la femme n'a pas changé d'un pouce depuis les premiers temps du porno vidéo. Pourtant ce n'est pas les sous-genre de niche qui manquent.

Et encore même, pour les canons de beauté de la culture populaire qui ont évolué, ce ne sont que des visions d'artistes de l'époque, on est même pas sur que ça représentait correctement le fantasme de l'homme le plus populaire de l'époque et que ces visions de la femme idéale n'était pas des visions de la beauté féminine exclusives à certaines élites de ces époques. Un peu comme aujourd'hui avec le canon de la femme presque anorexique type Freja Beha Erichsen. Dans 300 ans et en regardant en arrière, nos descendants pourraient également croire que Freja représentait le fantasme populaire de l'homme de notre époque puisque c'est le canon de beauté plus représenté dans les milieux de la mode d'aujourd'hui par exemple. Alors que les défilés des modes et cette mystification de la femme pâle, plate et froide sont réservés - en majorité - à une petite élite, l'image populaire étant davantage plus proche d'une Jelena Jensen ou d'une Tori Black je pense.
Ce n'est pas si évident que ça. J'imagine toutes sortes de réponses à donner à ça, mais il faudrait que tu précises ta pensée, pour que je sois sûr de ne pas répondre à côté.
Je pense déjà qu'on fantasme sur ce qu'on a pas. Si on s'en tient au fantasme populaire toujours, pour moi ça me paraît logique qu'un homme fantasme sur des attraits féminins qu'il ne possède pas : un homme - en général - n'a pas de poitrines ou de hanches particulièrement développées, il n'a généralement pas un grain de peau de pèche et il n'a pas non plus une longue chevelure soyeuse. Idem pour la femme, elle n'a pas de gros pectoraux saillants , elle n'a pas de barbe ou de poils sur le torse, elle n'a pas une mâchoire carrée et un menton volontaire.

Ensuite, physiquement, si l'homme fantasme majoritairement sur les seins, les hanches et les fesses d'une femme, c'est davantage parce que ça renvoie naturellement à la fertilité et à la bonne santé. J'ai pas l'étude sous la main, mais j'avais lu un truc très bien foutu qui expliquait que des attraits féminins développés dans la limite de certaines proportions renvoyaient directement à la bonne santé et à un fort potentiel maternel, ce qui déclenchait chez l'homme une attirance accrue pour certaines femmes. La femme elle, fantasmerait davantage sur ce qui représente l'homme actif, volontaire, puissant. C'est grossier comme démonstration, mais l'idée est là je pense.

Avatar de l’utilisateur
Zhatan
Chef d'Etat Major
Messages : 5250
Inscription : dim. août 30, 2009 7:56 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Zhatan » lun. déc. 21, 2015 11:16 pm

Si les canons de beauté physique ont évolué dans la culture populaire, je ne suis pas sur que les fantasmes concernant l'attitude dépendent d'un conditionnement culturel.
Tu opposes les canons de beauté d'une petite élite à ceux de la majorité de la population. C'est donc bien que ces canons peuvent changer. Je ne comprends pas la différence que tu fais entre fantasme et canon de beauté.
Si on s'en tient à cette image de fantasme populaire chez la femme et l'homme, c'est logique que les perceptions soient différentes puisque ces deux fantasmes le sont.
Oui mais ce n'est pas "normal" que l'un des fantasmes soit connoté positivement tandis que l'autre est beaucoup plus ambigu.
Evidemment que l'un de ces deux images est moins glorieuse que l'autre, mais ce n'est de la faute de personne si la plupart des hommes fantasment sur ce genre de femme plutôt que sur la chiante, bourrue/bourrin qui bosse dans un garage auto ou que sur le stéréotype de l'intellectuelle froide, maniaque et calculatrice.
Tu fais comme si le lecteur de comics était un gros bourrin incapable d'apprécier autre chose. C'est un peu réducteur, je crois. Et l'offre façonne aussi la demande. Furiosa dans Mad Max est une sacrée bourrine qui n'a pas besoin de faire du 95C et une longue chevelure soyeuse.
La femme elle, fantasmerait davantage sur ce qui représente l'homme actif, volontaire, puissant.
Quand bien même ce serait vrai, ça n'expliquerait en rien pourquoi la femme fantasme là-dessus.
« Tout en respectant les femmes, on peut aussi accepter de les frapper. » - Lord Kitetsu, dit "le gentleman
Nouveau ! (28/09) https://adroiteetagauche.wordpress.com/ ... us-serons/

Avatar de l’utilisateur
Sir Etienne
Amiral
Messages : 3933
Inscription : lun. nov. 03, 2008 9:07 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Sir Etienne » mar. déc. 22, 2015 12:27 am

Oh d'ailleurs, pour continuer dans le délire.

L'Etat qui veut réglementer le poids des mannequins ? C'est bien ou pas pour vous ?

Avatar de l’utilisateur
Waweed
Marin
Messages : 446
Inscription : lun. avr. 21, 2014 1:00 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Waweed » mar. déc. 22, 2015 2:16 am

Tu opposes les canons de beauté d'une petite élite à ceux de la majorité de la population. C'est donc bien que ces canons peuvent changer. Je ne comprends pas la différence que tu fais entre fantasme et canon de beauté.
L'image du fantasme populaire de l'homme ne se limite pas qu'au physique de la femme, c'est pour ça que j'ai aussi parlé d'attitude aguicheuse et de pose suggestive. Le problème de l'image de la femme dans les comics ne se limitent pas non plus à leurs physiques sexy, c'est un tout. Je l'ai dis moi même que les canons de beauté évoluaient, mais que ça ne voulait absolument pas dire que le fantasme populaire a changé pour autant. Le canon de beauté, c'est une image majoritairement physique, alors qu'un fantasme englobe davantage de chose comme l'attitude, des situations ou même des rapports sociaux (maître à dominé par exemple).
Oui mais ce n'est pas "normal" que l'un des fantasmes soit connoté positivement tandis que l'autre est beaucoup plus ambigu.
D'un côté tu as l'image fantasmée de quelqu'un qui se donne facilement, et de l'autre tu as l'image fantasmée du rebelle inaccessible, qui ne se donne pas facilement donc. Pourquoi les deux images fantasmées devraient être perçus de la même manière alors que ces deux images sont totalement à l'opposé l'une de l'autre ?

Je ne vois pas ce qu'il y a d'anormal à considérer qu'une personne qui se donne facilement - homme ou femme - n'a que peu de respect pour soi même. Bien entendu que la personne en question fait strictement ce qu'elle veut de son corps. Cependant, elle en a autant le droit qu'on a le droit d'avoir un avis péjoratif dessus, tout comme on a le droit de s'en foutre aussi ou de considérer que ce ne sont pas nos affaires.

Avatar de l’utilisateur
Zhatan
Chef d'Etat Major
Messages : 5250
Inscription : dim. août 30, 2009 7:56 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Zhatan » mar. déc. 22, 2015 7:40 am

Mais forcément tu présupposes que le fantasme est quelque chose de donné, qui ne change pas. Tout le reste suit. Mais justement, pas sûr du tout que le fantasme soit quelque chose d'atemporel. Déjà, il faudrait définir fantasme. Mais si tu prends les femmes blanches et potelées de Rubens par exemple, on voit assez bien que le fantasme est hautement variable. Sauf si tu distingues un peu arbitrairement un niveau du fantasme, un niveau du canon de beauté, un niveau de la préférence individuelle... etc. Mais si le fantasme n'a même pas à voir avec le niveau de la préférence individuelle, je ne vois pas bien ce que c'est.

Bon et puis ensuite : une attitude "aguicheuse" pour un homme ne sera pas perçu de la même manière : un homme qui fait un clin d'oeil n'a rien à voir avec une femme qui fait un clin d'oeil. Donc non, ce n'est pas "normal" que l'un des fantasmes soit plutôt positif et l'autre non, tout simplement parce qu'en fait ça n'a pas à voir avec la valeur "en soi" de l'attitude.
Pourquoi les deux images fantasmées devraient être perçus de la même manière alors que ces deux images sont totalement à l'opposé l'une de l'autre ?
Bah ce sont les deux des fantasmes, déjà. C'est un peu hypocrite de trouver ça cool mais de traiter la personne qui s'y conforme de salope. Et j'ai pas dit perçu de la même manière, j'ai dit évalué de la même manière.
Oh d'ailleurs, pour continuer dans le délire.

L'Etat qui veut réglementer le poids des mannequins ? C'est bien ou pas pour vous ?
Je connais pas le sujet, je sais pas.
De rien, pour le délire.
« Tout en respectant les femmes, on peut aussi accepter de les frapper. » - Lord Kitetsu, dit "le gentleman
Nouveau ! (28/09) https://adroiteetagauche.wordpress.com/ ... us-serons/

Avatar de l’utilisateur
Sir Etienne
Amiral
Messages : 3933
Inscription : lun. nov. 03, 2008 9:07 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Sir Etienne » mer. déc. 23, 2015 11:34 am

Petit conte de Noël très drôle, selon moi :lol
On sonne à la porte :

Un homme, costume sombre : Bonjour. Kévin Corbeau, ministère des Affaires sociales et des Nouvelles parentalités. Je suis contrôleur social de citoyenneté assermenté. Je suis bien chez monsieur Louis-Gérard Martin ?

Monsieur Martin, alias le père : Oui, bonjour monsieur… Que puis-je faire pour vous ?

L’homme au costume sombre, alias le contrôleur social : C’est plutôt moi qui puis faire quelque chose pour vous, monsieur Martin. Les enseignants de votre fille ont signalé son comportement à nos services. J’ai donc reçu un mandat du préfet pour l’interroger. En votre présence, naturellement. Puis-je entrer ?

Le père, très surpris : Pardon, mais il doit y avoir erreur. Ma fille n’a aucun problème de comportement scolaire, elle est enchantée de sa classe de CP, est intarissable sur ses copines de classe, et apprend plutôt très bien à lire et à écrire, à en juger par ses notes.

Le contrôleur social : (entre d’autorité dans le salon familial) Il ne s’agit pas de ses notes. Ou plutôt, si, mais pas comme vous l’entendez. Il semblerait que les progrès de votre fille montrent qu’elle reçoit une aide anormalement élevée de ses parents à la maison, les professeurs estiment impossible qu’avec leurs méthodes de lecture égalitaires, votre fille ait pu apprendre aussi vite à lire avec une diction parfaite. Il y a rupture d’égalité avec les enfants dont les parents sont issus de milieux plus modestes et ne peuvent pas aider leurs enfants avec autant d’efficacité. Il convient donc de vérifier que l’assistance que vous lui apportez n’est pas susceptible de porter préjudice aux autres enfants.

Le père : (ouvre de grands yeux écarquillés) Mais enfin, quels parents ne souhaitent pas aider leurs enfants à progresser, dans la mesure de leurs possibilités ?

Le contrôleur social : Justement, ces possibilités ne sont pas les mêmes pour tous. Nous devons vérifier, selon les termes de la loi Belkacem sur l’égalité parfaite des chances du 1er avril 2016, que les élèves qui fréquentent la même classe que votre fille ne subiront ni désavantage excessif à la sortie de leurs études, ni un sentiment de déclassement ou de frustration du fait de la supériorité des résultats scolaires de votre fille qui seraient explicables non par ses mérites propres mais pas la supériorité de la situation sociale de ses parents. Je dois maintenant interroger votre fille. Comment t’appelles-tu ma petite ?

L’enfant : Amélie !

Le contrôleur social : C’est joli, ça, Amélie. Dis-moi, est-ce que des fois, tu lis avec tes parents ?

Amélie : Ouiii. Tous les soirs, Papa ou maman me lit une histoire.

Contrôleur social : Quelles histoires ?

Amélie : Ben, en ce moment, j’aime bien qu’ils me lisent « Martine en voyage », ou « Martine au cirque ». Et parfois, mon père me lit des passages de « la science expliquée aux enfants ».

Le contrôleur social : Évidemment, lecture quotidienne, et ouverture précoce de l’esprit d’Amélie à la science. Ça démarre mal. Mais voyons le côté positif des choses. Je vois qu’il y a un bon équilibre entre des histoires mettant en scène une petite fille et des lectures plus orientées vers la science qui restaient encore trop longtemps l’apanage des garçons. C’est que nous devons aussi vérifier l’équilibre de genre de l’éducation que vous apportez à votre enfant.

Le père, éberlué : Pardon ? L’équilibre de genre ?

Le contrôleur social : Oui. Les enseignants nous ont signalé que votre fille avait tendance à féminiser les sujets de réflexion citoyens abordés en classe, tels que la recherche de métiers à faire plus tard, ou le rôle du sport dans la fabrication du vivre-ensemble. Elle semble naturellement privilégier des métiers ou des activités sportives et artistiques fortement féminisés, comme infirmière ou danseuse étoile.

Le père : Et alors ? Où est le problème ?

conte de noel rené le honzecLe contrôleur social : Ne faites pas semblant de ne pas comprendre, monsieur. Vous ne pouvez ignorer que les stéréotypes genrés auxquels les enfants sont soumis peuvent restreindre leur liberté future de choix de leur identité sexuelle. De surcroît, mettre dans la tête d’enfants nés biologiquement avec des organes génitaux féminins qu’ils sont une fille, ou l’inverse pour les garçons, bride les possibilités de développement personnel qui s’offrent à eux. Enfin, cela peut contribuer à enfermer les futures femmes dans des rôles subalternes que la société encore patriarcale, qui était notre modèle jusqu’à la loi Taubira de septembre 2016, et dont nous peinons à éradiquer tous les stigmates, leur assigne traditionnellement.

Le père : Pardon, mais tout à l’heure vous me disiez qu’en l’aidant, je risquais de l’avantager exagérément, et maintenant vous me dites que je l’enferme dans de soi-disant stéréotypes qui peuvent la pénaliser ? Je vous jure que je ne fais pas semblant de ne pas comprendre…

Le contrôleur social : Voyez-vous, les parents fautifs que nous décelons ont souvent ce type de comportement éducatif totalement incohérent, tantôt visant à pousser leurs enfants à obtenir des résultats chiffrés supérieurs à la moyenne, mais sans tenir compte des déséquilibres émotionnels qu’ils peuvent engendrer chez eux.

Le père : C’est ahurissant. On vous paie pour dire ce genre de conneries ?

Le contrôleur social : Attention monsieur, je vous rappelle que je suis ici avec un mandat préfectoral, et que toute résistance de votre part pourra valoir poursuites. Je continue. Je souhaite interroger Aurélie…

Le père, agacé : Amélie…

Le contrôleur social : Oui, c’est ça, Amélie. (Note sur un formulaire, en citant à voix haute) : Prénom ancien. Famille à caractère traditionnel, fonctionnant sans doute sur un modèle patriarcal indésirable… (Se tourne vers la petite fille) Amélie ?

Amélie : Oui monsieur ?

Le contrôleur social : Qu’est-ce que tes parents t’ont offert à Noël, ma petite ?

Amélie : Des poupées Barbie !

Le contrôleur social : Ah ? Pas de tracteur ? De legos ? De tenue de cow-boy ?

Amélie : Pouah ! Non, c’est des jouets de garçon, ça !

Le contrôleur social : (se tourne vers le père) Vous rendez vous compte qu’à à peine 6 ans, votre fille reproduit déjà les stéréotypes genrés qui vont limiter ses chances d’accéder à l’égalité Homme/Femme dans l’avenir ? Pourquoi ne lui offrez-vous que des jouets tellement ostensiblement genrés ?

Le père, dubitatif : Euh, le père Noël lui a amené ce qu’elle a commandé…

Le contrôleur social : Ah, vous voyez ? Tout d’abord, vous rejetez la faute sur un prétendu choix de votre fille, choix que lui impose le milieu stéréotypique dans lequel elle baigne. Ensuite, vous utilisez la vieille métaphore du Père Noël pour lui annoncer ses cadeaux, métaphore dont le côté patriarcal ne vous aura pas échappé. Vous instillez dans l’esprit de votre fille que c’est un père, donc un homme, qui lui amène cadeaux et bienfaits. Il ne faudra pas s’étonner, si, plus tard, elle croit que c’est prioritairement le rôle du mari que de travailler et ramener au foyer sa subsistance.

Le contrôleur social : (se tourne vers la petite fille) Dis-moi, tu portes toujours des robes et des jupes ?

Amélie : Ouiii. C’est trop bien les robes. Tu veux voir ma robe rose que le père Noël il m’a apporté ? Elle est trop classe !

Le contrôleur social : (se tourne vers le père) Une robe rose ! Je vois que vous perpétuez dans les choix que vous faites pour l’habillement de votre fille les stéréotypes sexués qui tendent à vouloir lui conférer à tout prix une identité féminine. Vous ne lui permettez pas de déterminer librement son identité sexuelle.

Le père : (se demandant ce qui lui arrive) Ah pardon, elle a librement choisi les vêtements qui lui plaisent. Et la dernière fois qu’on lui a acheté un jean, elle a refusé de le porter. Elle n’aime que les robes et les jupes, sauf par temps froid, évidemment.

Le contrôleur social : (agressif) Sachez monsieur, qu’à son âge, elle n’aime que ce que vous et votre épouse lui avez appris à aimer. Je suis désolé, mais l’éducation de cette jeune fille est déplorable. Je vais de ce pas demander son placement chez une assistante familiale assermentée, dûment formée à l’égalité de genre.

Le père : (haussant lui aussi le ton) Mais bon Dieu, vous êtes un grand malade ! Vous voulez nous retirer notre fille parce qu’elle joue à la poupée et porte des robes ?

Le contrôleur social : Attention à ce que vous dites, il y a outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions. Vos propos montrent que non seulement vous refusez d’admettre votre culpabilité, mais que vous vous complaisez à reporter sur autrui les accusations de mauvaise éducation qui vous concernent, c’est typique des parents maléduquants ! Ensuite, vous utilisez l’expression Bon Dieu, là encore figure patriarcale, toutes les religions masculinisent leurs dieux et prophètes, avez-vous remarqué ? Sur un ton coléreux suggérant que vous puissiez commettre des actes violents, au nom de votre allégeance à Dieu. Je dois signaler un risque de radicalisation au fichier S !

Accessoirement, vous ne dominez pas votre masculinité à tendances violentes éruptives. Je me dois de présenter votre dossier en urgence non seulement aux services sociaux, mais au procureur. Je vous assigne d’ores et déjà à domicile pendant la durée de la procédure, selon les termes de la révision constitutionnelle Hollande de février 2017.

Le père : C’est honteux ! Vous me parlez de préjugés, mais c’est vous qui vous donnez le droit de détruire une famille sur la base de deux trois questions stupides et de conceptions de la famille et de l’éducation contre nature ! C’est un abus de pouvoir ! Vous êtes pire qu’un nazi ! Hors de ma maison !

Le contrôleur social : Et voilà. Aucun contrôle de vos émotions. Vous êtes visiblement inapte à l’éducation d’un enfant. Soit, je m’en vais, monsieur Martin, mais je reviendrai. Je transmets immédiatement par mon appli smartphone mon ordre d’assignation à domicile à la préfecture, en vertu des pouvoirs que m’octroie la loi organique Valls de mars 2017, pour que vous ne soyez pas tenté de fuir avec votre enfant, en attendant que je revienne avec les forces de l’ordre. Nous transmettrons en outre au procureur une demande de castration chimique, conformément à la loi Touraine d’août 2017, en complément du placement de votre fille, afin qu’aucun autre enfant ne soit victime des errements éducatifs que vous avez déjà infligés à Amélie.

Le père : (paniqué) Attendez… attendez… Je me calme. Il doit bien y avoir un moyen d’arranger ça ? Tout cela ne peut qu’être un gigantesque malentendu… Il n’y a rien que je puisse faire ?

Le contrôleur social : Si par cette formulation, vous envisagez de régler la question par une enveloppe, sachez que vous aggravez votre cas… D’autant plus que depuis la loi Sapin du 18 décembre 2016, conserver des coupures en cash est un délit. Vous ne conservez pas de cash pour des transactions non déclarées, monsieur ?

Le père : (visage bleu) Grands dieux non ! Enfin, je veux dire, assurément non ! Non ! Ce n’est pas du tout ce que je voulais dire. Mais… si ça doit me permettre de garder ma fille… Ne puis-je suivre des stages, des formations aux nouvelles parenti… parentalités, qui me permettraient de corriger mes erreurs ? Faut me comprendre, tous ces concepts, c’est nouveau pour moi…

Le contrôleur social : Comme pour tous les parents, monsieur. Pourtant, certains arrivent très bien à suivre les préceptes éducatifs égalitaires citoyens renouvelés officialisés par la circulaire Slimani du 1er septembre 2017… Vous n’avez donc pas suivi les programmes télévisés de vulgarisation des nouveaux concepts de parentalité citoyenne diffusés sur le service public aux heures de grande écoute ?

Le père : J’avoue que non. Je ne regarde plus guère la télévision, vous savez…Je travaille beaucoup…

Le contrôleur social : Ces cours sont également disponibles en ligne sur les sites officiels. Vous n’avez aucune excuse. Bon, enfin… je veux bien vous laisser une chance. Il existe effectivement des stages de certification à l’éducation aux nouvelles parentalités égalitaires non genrées et citoyennes, mais il faut s’assurer que les parents qui y participent ont de bonnes chances d’y réussir leur parcours et ne perturberont pas le déroulement du cursus par des questions incessantes se rapportant à leurs habitudes décadentes d’un passé que nous aimerions à jamais voir révolu. Je comprends votre volonté de faire un effort pour conserver la garde de votre enfant, et je veux bien la noter sur mon rapport, le juge tranchera. Mais je ne puis occulter de faire figurer sur le rapport que je prépare au procureur que vous êtes une famille à risque. L’identification préalable qui nous avait été faite n’était hélas pas fantaisiste…

Le père : Identification préalable ??? Mais… mais… mais… Enfin, comment identifiez-vous ces familles à risque ?

Le contrôleur social : Nous n’identifions pas. Nous opérons uniquement sur dénonciation. Je suppose que vous avez dû attirer l’attention des brigades de vigilance égalitaires citoyennes…

Le père : Des quoi ?

Le contrôleur social : Quoi, ne me dites pas que vous n’êtes pas au courant non plus ? Il s’agit d’associations loi 1901 mise en place par la loi Cazeneuve de mai 2016, et financées par la taxe spéciale sur les écoles et télévisions privées, qui traquent les propos réactionnaires et non conformes à la vérité officielle sur Internet. Je lis sur ma fiche vous concernant que vous tenez un site réactionnaire ?

Le père : Pas du tout ! Je tiens un site libéral !

Le contrôleur social : Réactionnaire, libéral… Tout ça, c’est la même chose, monsieur Martin, ce sont des idées du passé, ce n’est pas conforme à la nouvelle pensée écocitoyenne solidaire et fraternelle qui doit nous libérer des préjugés anciens. Vous comprenez que des gens qui professent de telles idées anti-égalitaires, si peu citoyennes et tellement conservatrices, soient en priorité ciblés par les chasseurs de mauvais parents.

Le père : (dans un dernier éclair de lucidité) Je vois. Tout ceci n’est qu’un prétexte, vous pourchassez le délit d’opinion… Seriez-vous aimable de me laisser une copie de mon dossier, que je puisse consulter mon avocat ?

Le contrôleur social : C’est votre droit de consulter un avocat, mais je ne puis vous donner de copie de votre dossier, les photocopies sont interdites depuis la loi Royal de juillet 2017 sur la régénération des forêts primaires qui interdit les copies papier de documents administratifs. Voici les codes qui vous permettront de le consulter par Internet. Naturellement, toute tentative d’impression à domicile de ce document sera détectée par nos systèmes de sécurité et vous vaudra la visite d’un de mes collègues contrôleur environnemental du ministère de la Sauvegarde de la planète. Quant à trouver un avocat d’ici demain, je vous souhaite bien du plaisir. Depuis la loi Taubira du 18 brumaire 2018 établissant un tarif égalitaire unique de consultation, la plupart ont abandonné le métier. Et je vous rappelle que vous êtes assigné à domicile, il faudra donc que vous en trouviez un acceptant de consulter à distance, ce qui reste assez rare vu qu’ils n’acceptent pas les écoutes aléatoires mises en place par la loi anti-terroriste Le Drian du 13 vendémiaire 2018 et font donc la grève des consultations informatisées. Le mieux que vous puissiez faire est de préparer une valise pour Amélie, je reviens demain avec les gendarmes. Au revoir, monsieur Martin. Ah, juste une petite chose. Vous serez aimable de me laisser vos clés ? Cela nous évitera d’avoir à enfoncer votre porte. »

Avatar de l’utilisateur
Waweed
Marin
Messages : 446
Inscription : lun. avr. 21, 2014 1:00 pm

Re: L'homme et la femme dans notre société

Message par Waweed » mer. déc. 23, 2015 9:22 pm

Pour ceux qui serait tenter de lire, ça n'a aucune espèce de pertinence, ce n'est pas drôle et c'est long en plus.

Répondre