Le fond de casserole fait débat

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres catégories.
Avatar de l’utilisateur
Zhatan
Chef d'Etat Major
Messages : 5250
Inscription : dim. août 30, 2009 7:56 pm

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par Zhatan »

Si tout ce bazar est avéré, un peu quand même.
Mais c'est pas avéré donc tout va bien.

Tu fais de l'intelligence une espèce de capacité fixe, absolue, universelle : genre si t'es bon en maths tu es aussi excellent en littérature. Tu sais, Gödel a dit absolument n'importe quoi sur les anges, hein ? Tu peux être très bon dans ton domaine et absolument nul ailleurs.
Franchement, pour ce que ça change, je m'en tape.
Bah du coup ça change absolument tout, mais bon.
Bah justement, selon eux, la culture n'influe pas sur le QI. Il y a toute une batterie de test sur des jumeaux séparés à la naissance, ou sur des enfants blancs/noirs adoptés par des parents blancs/noirs.
Ah bah c'est pas marqué dans ce que t'as quoté.

En attendant, la plasticité cérébrale ça existe, il n'y a pas de différence majeure entre populations en ce qui concerne la taille du cortex cérébral. Où est le protocole pour les jumeaux séparés à la naissance ? Comment on peut faire une généralité aussi grossière que "blanc/noir" ? En général quand on observe des différences entre population c'est pas entre blancs et noirs (ou alors sur une zone définie : par exemple les afro-américains sont plus sujets à l'hypertension, mais cela pour des raisons génétiques culturellement déterminées) mais plutôt pour des ethnies : polynésiens, samoans... etc. Est-ce que ça n'a pas tout simplement à voir avec le fait que les Noirs sont davantage discriminés (oui parce qu'il y a pas que les parents dans la vie) pour tout un tas de raison : par exemple moins encouragés à faire des études longues, moins stimulés intellectuellement... etc ?
Du reste, des savants ou des gens noirs intelligents il en existe, alors quoi, tu empêches tout le monde de faire des études de physiques parce qu'ils sont plus doués à éplucher des bananes ?
J'aimerais beaucoup voir les protocoles, parce que là ça m'a l'air de fuir par tous les côtés.
« Tout en respectant les femmes, on peut aussi accepter de les frapper. » - Lord Kitetsu, dit "le gentleman
Nouveau ! (28/09) https://adroiteetagauche.wordpress.com/ ... us-serons/

Avatar de l’utilisateur
San999
Okama
Messages : 7075
Inscription : ven. sept. 08, 2006 11:26 am
Localisation : À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par San999 »

Hahaha! C'est la fête nationale suisse, lundi. Alors, du coup, j'ai saisi l'occasion pour l'expliquer à mes élèves entre hier et aujourd'hui, vu qu'ils ont congé. Je leur ai dit quelques mots sur comment la Suisse avait été formée, et ensuite les traditions durant la fête nationale. Ils ont été intéressés par l'histoire de comment la Suisse a été fondée, étonnés qu'elle soit si ancienne, impressionnés par la taille que peuvent atteindre certains cors des alpes et amusé par les yodles qu'ils ont apparemment appréciés. C'était assez sympa ces deux derniers jours.

Bon, par contre, je pars demain en vacances, alors à moins que j'en ai le temps (et l'envie) de le faire ce soir, je ne répondrai probablement finalement pas en détails aux derniers posts réagissant à mon post sur quelque topic que ce soit de cette section. Et si je pense passer sur le forum durant mes vacances, je vais certainement pas me prendre la tête avec cette section! Et cela me surprendrait que j'aie la patience de tout lire à mon retour, car je sais que vous allez pondre des pavés par dizaines. lol Donc, tant pis, je vais sans doute sortir des débats un bon moment.
Moi, le joyeux et tout-puissant Phoenix Violet, je prends soin de mon afro des ténèbres! /o/
Image

Avatar de l’utilisateur
Waweed
Marin
Messages : 446
Inscription : lun. avr. 21, 2014 1:00 pm

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par Waweed »

Le terme culture ne s'arrête pas à Victor Hugo. On pourrait d'ailleurs poser la question autrement : combien d'Anglais connaissent des poètes anglais ? Combien de Français ?
C'est exactement ce que je dis. La "culture" française comme TDS l'entend n'existe pas. La "culture" anglaise non plus. Il y a effectivement un lot commun de références disponibles (auteurs, musiciens, cinéastes, philosophes, textes religieux...) à une population donnée, mais il y en a tellement que :

- La population de ces pays n'a pas le temps de toutes les connaître.
- La population n'adhère pas à toutes les références et elle ne se les approprie pas de la même manière. On est très peu à reconnaître que Celine était un génie absolue, là où Sartre fait déjà plus le consensus par exemple, alors que moi je ne lui trouve rien de particulier. A côté de ça, je suis prêt à parier que beaucoup de français sont incapables de te citer une seule œuvre de l'un ou de l'autre.

Marion Maréchal Lepen a déclaré aimé le travail de Youssoupha (le rappeur surfait) et avoir du mal avec les fameuses "valeurs" de la république française. Je ne suis pas sûr que ça soit le cas de sa tante.

L'éducation "française" ou culturelle, ça n'existe pas non plus. Il y a des impertinents de nature, des attentifs de nature, des hyperactifs de nature... Tu peux te forcer à éduquer ton enfant de telle ou de telle manière, il l'intégrera plus ou moins bien en fonction de ses prédispositions à l'écoute, à la compréhension. Si c'était aussi simple d'élever des enfants, beaucoup de parents seraient sans doute contents de le savoir.

Si on sort un peu de notre pays, en Angleterre, les Hooligans de Liverpool n'ont rien à voir avec les bourgeois des coteaux du même endroit, ils n'ont pas du tout les mêmes références, peut-être pas la même éducation. Il se peut aussi qu'on soit surpris et que certains bourgeois soient plus violents dans l'âme que certains Hooligans ou que certains Hooligans soient mieux éduqués que certains bourgeois.
De savoir si nos comportements résultent d'influences biologiques ou culturelles (ce qui veut dire ici : acquises) ? Dans ce cas les explications biologiques sont quand même en général très peu satisfaisantes et "tout" ne pointe pas vers le déterminisme biologique. Bien au contraire. En réalité, ce qui est à la mode dans le déterminisme physique c'est la géographie/biologie évolutionniste... pour expliquer des traits culturels ! D'ailleurs si la biologie était si importante, comment expliquer qu'il n'y ait pas des comportements ou des caractères qui soient plus développés dans certaines cultures ? La génétique c'est pas le loto. Parce qu'il se trouve qu'il y a certains traits qui sont caractéristiques de certaines populations et ça c'est prouvé : les Polynésiens sont prédisposés à l'obésité, les populations du Sud-Est asiatique métabolise mal l'éthanol, les populations de l'Ouest de l'Afrique sont plus résistantes au paludisme mais (conséquence) développe plus facilement la drépanocytose.
Sauf qu'on parle de caractères, pas de physiologies. Il n'est pas question de nier que certains traits physiologiques se retrouvent dans des populations. Dire que certaines ethnies sont prédisposées à tel ou tel comportement, c'est autre chose. Ca se rapproche aussi d'une certaine forme de racisme assez difficile à cautionner.
Est-ce que tu distingues caractère et personnalité ? Dans ce cas on trouvera certainement des japonaises très colériques mais cette colère se montrera probablement différemment selon la personne. Exemple : l'autre truffe qui avait montré des "techniques de séduction" au Japon avait en fait profité du fait qu'il est très impoli de dire fermement "non" au Japon. Bah ça c'est un trait culturel : les réponses qu'un membre d'une population va donner ne sont pas aléatoires et on peut enregistrer des tendances dans ces réponses (évidemment, plus l'étude est fine, plus la prédiction a de chance de s'avérer bonne).
Est-ce qu'au contraire tu en appelles à la responsabilité ? Dans ce cas, pourquoi ton attachement à la biologie ? Il n'y a pas plus déterministe apparemment.
Tu t'obstines. Tu continues à croire qu'il y a des traits de caractères spécifiques à certaines populations. Puis tu continues de mal saisir ce que je dis : oui je nie que certains traits de caractères puissent être rattachés à un type particulier de population, que la cause soit "culturelle" ou biologique. Par contre je pense que les caractères sont déterminés à la naissance, en fonction des individus, mais certainement pas en fonction des populations.

Il y a quand même une grande différence entre dire qu'il y a des asiatiques naturellement intelligents, des asiatiques naturellement cons, des asiatiques naturellement timides, des asiatiques naturellement sûrs d'eux (ce à quoi je souscris) et de dire que les asiatiques ont des prédispositions (culturelle ou biologique) pour les mathématiques ou le travail acharné (ce que je réfute totalement depuis le début de la discussion et qui est en plus le terreau du racisme, hein).

Un mafieux japonais ne réagira pas de la même façon qu'une étudiante japonaise que t'accostes dans la même rue. Il y a de grandes chances que le premier te place un balayage de daron si tu lui proposes un plan à l'hôtel, pendant que la première réagira peut-être de manière un peu gênée. Ça dépend du statut de chacun. A l'inverse, il se peut que le mafieux le prenne à la rigolade et que l'étudiante te dévisage de haut en bas et trace sa route (ça les japonaises savent le faire aussi bien que les occidentales). C'est la même chose qu'ici, une étudiante en médecine d'origine arabe, mais avec la nationalité française sera certainement plus cool que Steven, le caïd d'origine savoyarde qui fait le dur dans le quartier. Parfois, tu sera surpris par l'inverse.
Encore une fois, on mélange pas mal de choses : la culture ça peut aussi bien être un ensemble de coutumes propre à un groupe ou une population, mais ça peut aussi être plus précisément un ensemble de traits caractéristiques de la pensée. Par culture on entendra plutôt institution ou caractère individuel non héritables biologiquement qui s'exprime régulièrement et de manière prévisible. De ce point de vue, il y a bien une culture juridique chinoise ; il y a bien une culture culinaire traditionnelle japonaise, il y a bien des façons de se comporter plus systématiques en Italie... etc.
Tout allait bien, jusqu'au dernier morceaux : non, je ne pense pas qu'il y ait des façons de se comporter plus systématiques en Italie. Ils ont le même spectre comportemental que le notre : il y a des dragueurs, des machos, des timides, des taciturnes, des gens qui n'aiment pas le foot, qui n'aiment pas les pizza...
Si on parle uniquement de caractère (être colérique, être timide...) je ne suis pas sûr non plus que ce soit biologique : les femmes sont par exemple plus timides que les hommes en général, et je ne vois pas de raison pour que ce soit biologique. Pour le courage c'est la même chose, ça n'a rien de biologique à ce qu'il semble : Terenstchenko montre ça très bien dans Un si fragile vernis d'humanité. En tout cas, au minimum c'est pas aussi simple que "tout est biologique".
Sur quoi repose la phrase en gras ? Sur un sondage ? Sur des témoignages de femmes et d'hommes qu'on a recoupé ? J'ai du mal à prendre ce genre d'étude au sérieux. Imagine que je la tourne autrement : les femmes sont moins intelligentes que les hommes en général. Là, d'un coup, on sent le vent du scandale qui arrive, c'est normal puisque ça ne repose sur rien. C'est même extrêmement compliqué à démontrer. Je ne crois pas que les femmes soient plus timides que les hommes "en général", non. Rien ne le démontre.

Ça me rappelle un peu Anne Hidalgo, cette pauvre conne qui se permet de dire chez Bourdin que "- tel comportement - est propre aux hommes, que c'est une façon masculine de gérer les affaires et que les femmes sont plus ci ou ça". Imagine juste qu'un homme politique le dise en parlant des femmes... Le mec est terminé dans la semaine qui suit, alors que personne n'a rien relevé pour Hidalgo. C'est pourtant complètement infondé dans les deux cas : il n'y a pas de comportement typiquement féminin ou masculin. Chez nous les hommes, il y a le même spectre comportemental que chez elles : il y a des femmes à l'esprit maternel, des carriéristes qui ne veulent pas d'enfants, des avenantes, des hautaines, des organisées, des bordéliques, des timides, des dévergondés...

Je ne connais pas l'auteur dont tu parles, mais s'il soutient que le courage est culturel je ne vois même pas l’intérêt de me pencher sur son travail, ça le fera automatiquement passer pour un tocard à mes yeux. S'il s'agit de dire que le courage (ou les traits de caractère en général) c'est une affaire compliquée, j'ai moi-même reconnu que c'était le cas. Oui tu peux te forcer à faire preuve de courage plus souvent, mais pour un mec qui se force, t'en aura un autre qui est courageux de nature et qui ne se pose même pas la question, ça n'empêche que le dernier fasse preuve de lâcheté devant un danger particulier (Peur panique du feu ? Du noir ? Des araignées ?). Sauf que je considère qu'il y a réellement des gens qui ont un courage naturel, une timidité maladive sans raisons apparentes, une extrême résistance naturelle au stress... Si on prend mon cas, je suis claustrophobe depuis toujours, impossible de me faire prendre un ascenseur. Je suis le seul de ma famille. On ne parle pas de prédispositions physiologiques, comme la prédisposition à l'obésité, on parle d'une prédisposition individuelle à un certain type de réaction cérébrale. Comment tu l'expliques autrement que par des prédispositions naturelles à un certains type de comportement ?

Avatar de l’utilisateur
Zhatan
Chef d'Etat Major
Messages : 5250
Inscription : dim. août 30, 2009 7:56 pm

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par Zhatan »

oui je nie que certains traits de caractères puissent être rattachés à un type particulier de population, que la cause soit "culturelle" ou biologique. Par contre je pense que les caractères sont déterminés à la naissance, en fonction des individus, mais certainement pas en fonction des populations.
Si c'est biologique comme tu semblais le dire, il est étonnant qu'il n'y ait pas des prédispositions chez certaines populations. Les caractères se distribuent de façon totalement aléatoire et exactement de la même manière dans toutes les populations ?

Je ne connais pas l'auteur dont tu parles, mais s'il soutient que le courage est culturel je ne vois même pas l’intérêt de me pencher sur son travail, ça le fera automatiquement passer pour un tocard à mes yeux.
Dans un si fragile vernis d'humanité, il examine ce qui a pu pousser des gens à conduire des trains pour Auschwitz ou, à l'inverse, à sauver des juifs.

Comment tu l'expliques autrement que par des prédispositions naturelles à un certains type de comportement ?
La question devrait plutôt être : et toi comment tu l'expliques ? à part refuser en bloc tu ne démontres pas grand chose. Dans une assemblée, la parole n'est pas distribuée aléatoirement et les femmes parleront moins souvent (si on prend une assemblée aléatoire évidemment). Bien sûr qu'il y a des caractéristiques qui sont plus souvent attachées aux femmes. Mais pour l'intelligence, on pourrait imaginer que c'est la même chose : si on stimulait moins l'intelligence des filles, si on les laissait faire moins de choses, si on les laissait moins accéder à la nourriture... etc, il est tout à fait possible que leurs aptitudes cognitives se développeraient moins et qu'elle seraient moins intelligentes (au moins tant qu'elles seraient dans cet état).
« Tout en respectant les femmes, on peut aussi accepter de les frapper. » - Lord Kitetsu, dit "le gentleman
Nouveau ! (28/09) https://adroiteetagauche.wordpress.com/ ... us-serons/

Avatar de l’utilisateur
San999
Okama
Messages : 7075
Inscription : ven. sept. 08, 2006 11:26 am
Localisation : À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par San999 »

Sinon, dernière chose avant de partir: Plus tôt, Waweed, tu as admis des différences comportementales induites par la richesse (les riches sont plus froids que les pauvres, grosso modo). Alors pourquoi pas la culture et le genre?
Dernière modification par San999 le sam. juil. 30, 2016 9:16 am, modifié 1 fois.
Moi, le joyeux et tout-puissant Phoenix Violet, je prends soin de mon afro des ténèbres! /o/
Image

Avatar de l’utilisateur
Zhatan
Chef d'Etat Major
Messages : 5250
Inscription : dim. août 30, 2009 7:56 pm

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par Zhatan »

Ah voui +1
(et du coup : pourquoi on dit qu'on va manger "chinois", ou "thaï" s'il n'y a pas de culture culinaire ? :D)
« Tout en respectant les femmes, on peut aussi accepter de les frapper. » - Lord Kitetsu, dit "le gentleman
Nouveau ! (28/09) https://adroiteetagauche.wordpress.com/ ... us-serons/

Avatar de l’utilisateur
San999
Okama
Messages : 7075
Inscription : ven. sept. 08, 2006 11:26 am
Localisation : À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par San999 »

Ah! Et au fait, TDS, quand tu vas en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane française, en Réunion ou à Tahiti, tu te sens en France? Pas de sensation d'être à l'étranger?
Moi, le joyeux et tout-puissant Phoenix Violet, je prends soin de mon afro des ténèbres! /o/
Image

Avatar de l’utilisateur
Waweed
Marin
Messages : 446
Inscription : lun. avr. 21, 2014 1:00 pm

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par Waweed »

Les caractères se distribuent de façon totalement aléatoire et exactement de la même manière dans toutes les populations ?
Oui, c'est mon opinion sur la question. C'est distribué "aléatoirement".
La question devrait plutôt être : et toi comment tu l'expliques ? à part refuser en bloc tu ne démontres pas grand chose.
Qu'est-ce que t'appelles démontrer ? J'ai du écrire deux ou trois centaines de ligne au cours de la discussion, alors certes, j'ai pas d'éprouvettes et de cobayes sous la main, donc effectivement si c'est ce que tu souhaites, je vais avoir du mal à te fournir des preuves absolues sur la question ou l'opinion que je m'en fais. Aucun chercheur ne le peut vraiment à ce jour d'ailleurs, donc ça reste de la confrontation théorique d'opinion. Les sciences comportementales ne sont pas des sciences exactes de toutes manières. Généralement, quand un petit Freud contemporain déclare avoir cerner l'esprit humain, c'est que c'est un bel escroc. Du coup, on ne peut rien démontrer de façon certaine et absolue, que ça soit dans un sens (le mien) ou dans l'autre. Au mieux, ça reste des théories et des interprétations. Par contre, je suis sur de pouvoir démonter n'importe quelle "étude" contemporaine sur le sujet qui tendrait vers la théorie de la prédisposition des populations à développer tel ou tel comportement, aussi sérieux soit-elle. J'aurai besoin d'un peu de temps et de beaucoup de motivation, mais j'y arriverai probablement.

Sinon, comment j'explique cette distribution aléatoire des comportements ? Réactions biologiques aléatoires au niveau du cortex cérébral lors du développement de l'embryon, ou peut-être un peu plus-tard. Je trouve ça plus crédible que d'adhérer à la thèse de San qui considère que les individus n'existent pas à la naissance et qu'on se construit de A à Z grâce à notre environnement. Tout au plus l'environnement (culture, éducation, si on accepte qu'une population partage les mêmes, ce qui est déjà très discutable) doit jouer à hauteur de 25% sur la construction des caractères. C'est sûr que c'est moins cool que de se dire qu'on peut tous devenir intelligent, tolérant, patient, courageux avec du travail, mais ça, la science s'en fou et moi aussi.
Sinon, dernière chose avant de partir: Plus tôt, Waweed, tu as admis des différences comportementales induites par la richesse (les riches sont plus froids que les pauvres, grosso modo). Alors pourquoi pas la culture et le genre?
Le genre n'a rien à voir, je maintiens. Tu ne peux pas englober la culture ET le genre dans ta question puisque ce sont deux choses différentes. Le genre tu nais avec. Il y a effectivement des cas de personnes qui se sentent entre les deux, ou du sexe opposé, mais ce ne sont que des exemples très marginaux (transgenres). Les autres ne se posent pas la question et lorsqu'on essaie de prouver scientifiquement qu'on peut jouer avec le genre d'un individu, ça donne des horreurs scientifiques comme l'expérience de John Money sur David Reimer. Cas qui reste à ce jour le cas d'école de référence sur le sujet.

Sinon, j'ai surtout insisté sur le fait que tu puisses trouver de tout par tout. Le spectre comportemental chez les gens d'origines favorisées est certainement aussi large que chez les pauvres et tu trouvera certainement le même nombre de courageux, de lâche, de timide, de froid, d’avenant des deux côtés de ces deux populations. Par contre, je considère que la richesse (ou le dernier palier du pouvoir dans une société, puisqu'on peut ne pas avoir de compte en banque et avoir le pouvoir quand même) est une exception, puisque c'est le seul élément qui peut te permettre d'adopter un comportement exécrable sans en subir de grosses retombés sociales qui mettrait ta survie en péril. C'est un cas unique en société, tous les autres ont un interêt à être sociable ou un interêt à dissimuler qu'ils ne le sont pas. Du coup, gardons à l'idée que les caractères soient distribué aléatoirement :

- Tu peux être riche, naturellement avenant et agréable en même temps. Aucune raison particulière de le dissimuler.
- Tu peux être riche et être naturellement froid, exécrable et égoïste en même temps. Aucune raison particulière de le dissimuler puisque ta survie en société n'en dépend pas.
- Tu peux être pauvre, naturellement avenant et agréable en même temps. Aucune raison particulière de le dissimuler.
- Tu peux être pauvre et être naturellement froid, exécrable et égoïste. Contrairement au riche avec le même caractère que toi, si tu ne le dissimules pas, tu va certainement faire face à de gros problèmes au quotidien qui peuvent mettre ta survie en péril.

Je ne connais pas un exemple de culture qui reflète cette exception. Ce n'est pas une "culture des riches", c'est juste que certains riches n'ont aucun interêt à dissimuler le fait qu'ils sont de vrais connards. Peut-être qu'il y a autant de connards naturels chez les riches que chez les pauvres, mais on le remarque davantage chez les riches (et encore, j'en sais rien, je me base sur ta logique) parce qu'ils n'ont aucun interêt à le cacher, contrairement aux pauvres.
Dans un si fragile vernis d'humanité, il examine ce qui a pu pousser des gens à conduire des trains pour Auschwitz ou, à l'inverse, à sauver des juifs.
Qu'est-ce qu'il en conclut ? La question qu'il s'est posé confirme déjà le postulat que des personnes de mêmes origines et qui partageaient beaucoup de choses sur le plan culturel peuvent être soit des lâches, soit des courageux, soit des personnes de "bonnes" morales, soit des enculés. Sans aller plus loin, c'est déjà assez équivoque, non ?
Bien sûr qu'il y a des caractéristiques qui sont plus souvent attachées aux femmes.
Tu prends beaucoup de risques. Quelles caractéristiques ?

Avatar de l’utilisateur
Zhatan
Chef d'Etat Major
Messages : 5250
Inscription : dim. août 30, 2009 7:56 pm

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par Zhatan »

Ok, j'ai mieux compris. Tu te places au niveau de ce qu'on pourrait appeler un "tempérament". Dans ce cas ok. Si on accepte que ce tempérament peut changer grandement en fonction des circonstances, de l'éducation, de l'intérêt à cacher ou mettre en avant ce tempérament... etc. Admettons.
Le genre tu nais avec.
Bah euh non. Le genre c'est la manière que tu as d'être un homme ou une femme, c'est aussi une question sociale. Je ne parle pas ici de sentiment intérieur d'être un homme, une femme ou je ne sais quoi d'autre.

Pour John Money, ça commence à dater et on a écrit et fait des tas d'autres choses ensuite, faut pas exagérer. De plus, il a une conception assez particulière du genre. Par exemple, pour Christine Delphy, le genre c'est "un concept qui contient les trois éléments du système social de sexe : d'abord le contenu social et arbitraire des différences entre les sexes, ensuite un singulier, le genre et non les genres pour penser le principe de partition lui-même, enfin une notion de hiérarchie qui offre la possibilité de reconsidérer les rapports entre les deux parties."
Qu'est-ce qu'il en conclut ? La question qu'il s'est posé confirme déjà le postulat que des personnes de mêmes origines et qui partageaient beaucoup de choses sur le plan culturel peuvent être soit des lâches, soit des courageux, soit des personnes de "bonnes" morales, soit des enculés. Sans aller plus loin, c'est déjà assez équivoque, non ?
Non pas vraiment. C'est une réponse à la question de la banalité du mal (le sous-titre du livre étant : banalité du bien, banalité du mal) et une réflexion sur les conditions du bien et du mal. Il se demande pourquoi un bataillon de réserve de la police allemande constitué en gros de pères de famille, et en tout cas pas de psychopathes, a pu tuer par balle 38 000 Juifs et en faire déporter autan.
Tu prends beaucoup de risques. Quelles caractéristiques ?
Non.
Timidité, retenue, discrétion, entre autre évidemment. On n'attend pas la même chose d'une femme que d'un homme et cela se voit dans les comportements. Par exemple, dans une assemblée où la parole est libre par exemple, les femmes prennent en moyenne beaucoup moins la parole proportionnellement.
« Tout en respectant les femmes, on peut aussi accepter de les frapper. » - Lord Kitetsu, dit "le gentleman
Nouveau ! (28/09) https://adroiteetagauche.wordpress.com/ ... us-serons/

Avatar de l’utilisateur
Waweed
Marin
Messages : 446
Inscription : lun. avr. 21, 2014 1:00 pm

Re: Le fond de casserole fait débat

Message par Waweed »

Pour John Money, ça commence à dater et on a écrit et fait des tas d'autres choses ensuite, faut pas exagérer. De plus, il a une conception assez particulière du genre. Par exemple, pour Christine Delphy, le genre c'est "un concept qui contient les trois éléments du système social de sexe : d'abord le contenu social et arbitraire des différences entre les sexes, ensuite un singulier, le genre et non les genres pour penser le principe de partition lui-même, enfin une notion de hiérarchie qui offre la possibilité de reconsidérer les rapports entre les deux parties."
Ça ne reste que du concept et de la théorie. John Money a eu toutes les largesses possibles pour jouer avec le genre d'un individu, avec les résultats qu'on connait sur le jeune cobaye. Il a pu aller assez loin et s'adonner à des expériences qu'aucun centre scientifique n'autoriserait aujourd'hui. C'est du concret et l'histoire est affreuse, en plus de prouver par le résultat qu'on ne peut pas jouer avec l'identité des individus aussi facilement qu'on le prétend. Peu importe le temps qui passe, ça reste un cas d'école. Mettons que l'on prouve que deux cas sur trois réagissent bien à ce genre d’expérience et que le cas de Reimer représente une marginalité d'un tiers. Sur 1000 individus, ça ferait 333 individus qu'on pousserait potentiellement au suicide.
Timidité, retenue, discrétion, entre autre évidemment. On n'attend pas la même chose d'une femme que d'un homme et cela se voit dans les comportements. Par exemple, dans une assemblée où la parole est libre par exemple, les femmes prennent en moyenne beaucoup moins la parole proportionnellement.
Je rejette formellement l'idée selon laquelle "les" femmes seraient plus timides ou plus discrètes que les hommes. Là encore, ça dépend entièrement des prédispositions de la personne. Il y a des femmes qui gloussent, des hommes taciturnes, des hommes mal à l'aise en société, des femmes exubérantes... Le coup de l'assemblée, j'aimerai bien savoir d'où il sort. C'est une étude ? De quel institut ? Puis, dans le milieu professionnel (milieu de référence puisqu'à l’échelle d'une vie, on y passe largement plus de temps qu'en boite, au bar ou même à l'école), on attend la même chose des hommes et des femmes. A savoir : efficacité, rendement, résultats. Que ça soit les attentes des dirigeants, de tes collègues ou des clients de l'entreprise.
On accorde rarement plus largesses aux hommes qu'aux femmes : on demande aux hommes de bien se tenir, autant qu'aux femmes. Que tu sois un homme ou une femme, tu n'es pas censé roter à la gueule du directeur par exemple.

Répondre